La réception et la circulation des tests d’intelligence à Belo Horizonte

Suite à une soutenance de thèse à laquelle il a assisté en 2016, Laurent Gutierrez nous a proposé un compte rendu de cette thèse sur la réception et la circulation des tes d’intelligence au Brésil. Le voici :

La réception et la circulation des tests d’intelligence à Belo Horizonte à partir de leur utilisation à l’École de Perfectionnement des enseignants (1929-1946)

Tel est le titre de la thèse de doctorat en histoire de la psychologie soutenue à l’université fédérale de Minas Gerais (Belo Horizonte, Brésil) par César Rota Jr., le 28 mars 2016. A cette occasion, le jury composé de Sergio Dias Cirino (co-dir.), Université Fédéral de Minas Gerais (UFMG), Laurent Gutierrez (co-dir.), Université de Rouen, Régina Helena de Freitas Campos (UFMG), Raquel Martins de Assis (UFMG), Rodrigo Lopes Miranda, Université catholique Dom nBosco (UCDB) et de Robson Nascimento Cruz, Universidade Estuadal de Maringa (UEM) est revenu sur une partie méconnue de l’œuvre de Théodore Simon, auteur jusqu’à ce jour délaissé par les historiens français de la psychologie et de la psychiatrie. La lecture puis la soutenance de cette thèse ont permis un débat particulièrement instructif sur l’histoire des tests au Brésil. Dans le cadre de ce compte-rendu, nous nous proposons de revenir sur quelques-uns de ces éléments à commencer par les notions de réception et de circulation des tests d’intelligence. César Rota a souhaité questionner plus spécifiquement la notion d’adaptation de ces tests en cherchant à savoir de quelle manière ils avaient été modifiés puis appliqués à des individus de cultures différentes.

Dans la première étude consacrée à « la circulation des tests d’intelligence entre la France, les Etats-Unis et le Brésil au début du XXe siècle » (p.43-66), l’auteur aborde cette « fidélité à l’authentique » en analysant le degré d’inspiration des tests brésiliens vis-à-vis des tests français. Il montre pourquoi et comment toute entreprise d’adaptation doit se positionner vis-à-vis de l’objet mais aussi de l’individu qui l’a fait naître : de quoi et de qui sommes-nous dépositaire en fin de compte ? Question que nous nous posons tous et, plus encore, lorsque l’héritage légué est important. Dès lors, il n’est pas surprenant – mais encore fallait-il le démontrer comme l’a fait l’impétrant – que l’essentiel du travail mené par Théodore Simon à Belo Horizonte consista à utiliser les tests à des fins pratiques. Si l’entreprise de réappropriation fut limitée au sens où l’étude théorique des tests n’a pas réellement été menée, elle reste perçue, encore aujourd’hui au Brésil, comme un épisode important de cette histoire de l’introduction des méthodes de mesure de l’intelligence et de classification des élèves selon leurs aptitudes. L’auteur montre aussi l’intérêt politique que représentent ces tests pour les autorités locales à commencer par le gouverneur de l’Etat de Minas Gerais qui y voit la possibilité de répondre aux attentes des familles en gérant l’hétérogénéité importante des enfants en âge d’être scolarisés. A cet effet, César Rota Jr rappelle que l’invitation faite à Simon de venir à Belo Horizonte en 1929 constitue une caution scientifique voire morale dans le cadre de l’utilisation de ces tests.

Parmi les autres aspects que l’auteur met en lumière, l’identification des quelques 25 tests (Cf. tableau n°2, p.78-81) se réclamant de près comme de loin des tests d’intelligence créés par les français au début du XXè siècle, est particulièrement instructive. Ce recueil est au cœur de sa deuxième étude consacrée aux « Caractéristiques des tests d’intelligence utilisés dans l’École de Perfectionnement des Enseignants de Belo Horizonte (1929-1946) » (p.67-88). Sans doute, aurait-il été intéressant d’en savoir plus sur certains de ces tests (une présentation synthétique sur les conditions de passage, les résultats obtenus en fonction des âges, du sexe, etc.) car si dans l’ensemble il s’agit de regrouper les élèves de même niveau dans des classes, plusieurs questions restent en suspens quant à leur utilisation : A partir de quand ces tests ont-ils été utilisés à l’Ecole de perfectionnement ? Sur quelle période ? Pour quels motifs certains tests ont été abandonnés après avoir été adaptés et utilisés ? Les réponses susceptibles d’être apportées à ces questions appellent d’autres interrogations portant sur les écarts enregistrés entre les versions originales et les versions remaniées utilisées à Belo Horizonte. Enfin, en matière de formation des maîtres, certains tests ont-ils été plus utilisés que d’autres et à certains moments, bien précis, de la formation ? Autrement dit, la maîtrise de l’utilisation de ces tests a-t-elle été pensée dans une approche didactique et pédagogique de la formation des futurs maîtres ? A-t-elle fait l’objet d’une évaluation des élèves maîtres par leurs formateurs ?

La troisième et la quatrième étude consacrées respectivement à « La mesure de ce qui est inconnu : le concept de l’intelligence dans le contexte éducatif brésilien dans les années 1920 et 1930 » (p.89-104) et à « La réception/circulation des tests d’intelligence dans l’École de Perfectionnement des Enseignants de Belo Horizonte » (p.105-127) font émerger la question de la nature et de l’utilité sociale des tests. Il s’agit là d’un débat important pour ne pas dire essentiel qui a eu lieu en France dans les années 1930, période contemporaine à celle étudiée, dans cette thèse. Certes, la pratique des tests l’a emporté sur la réflexion théorique comme le rappelle M. Rota. Mais celle-ci n’évacue pas pour autant la question pédagogique qui est centrale. Les résultats obtenus par les tests d’intelligence ont-ils eu des répercussions sur l’organisation de l’enseignement ? De la même manière, les résultats obtenus aux tests d’instruction qui servent à mesurer le résultat des apprentissages scolaires, ont-ils permis de différencier l’enseignement à partir de la mise en place de groupes de niveau  selon les disciplines ? Ont-ils servis à hiérarchiser la difficulté des exercices proposés aux élèves selon l’identification de la nature des difficultés d’apprentissage ?

Ces questions sont importantes pour au moins deux raisons. La première est liée à la mission que s’est donnée la Société Alfred Binet qui, dans les années 1920, propose des solutions pédagogiques aux maîtres et aux maitresses face aux problèmes rencontrés par leurs élèves dans l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul. La Société publie alors dans son bulletin  les résultats issus de nombreuses expériences menées dans les classes. Pour rappel, c’est à la suite de ces travaux que Théodore Simon militera pour que soit abandonné l’enseignement de la grammaire avant 11 ans[1]. La seconde raison est relative aux enseignements consacrés à l’étude et à l’utilisation des tests psychologiques qu’assure, à cette époque, Théodore Simon dans les Ecoles normales d’institutrices et d’instituteurs de la Seine. Selon Théodore Simon et sa collaboratrice Madeleine Rémy, « les tests d’instruction visent à mesurer le savoir des enfants, et, par là aussi, leurs progrès. A mesurer, c’est-à-dire à chiffrer avec exactitude au lieu d’apprécier ou jugé ».

Enfin, il convient de rappeler comme le fait ici César Rota Jr. la position de principe qui fut celle de Th. Simon vis-à-vis des résultats obtenus aux tests par les élèves. Dans le cadre des apprentissages scolaires qui est soumis aux variations dues au développement psychiques et physiologiques de l’enfant, le docteur Simon insiste pour que les enfants qui obtiennent de mauvais résultats aux tests d’instruction ne fassent pas l’objet d’un classement définitif. Avant toute interprétation, il convenait de recueillir des résultats issus d’observations répétées à des moments et dans des contextes différents conformément à une démarche de psychologie expérimentale que Simon appelait de ses vœux. Il est dommage que cet aspect n’ait pas été étudié dans cette thèse. Il aurait sans doute permis de déterminer la nature d’éventuels retards dans le développement psychique de ces enfants et d’interroger à nouveaux frais les raisons de leurs échecs scolaires. Cette dernière remarque n’enlève rien à la qualité de ce travail universitaire original portant sur une partie méconnue de l’œuvre de Théodore Simon. Les résultats obtenus dans chacune des quatre études proposées par M. César Rota Jr méritent d’être portés à l’attention des membres de la communauté scientifique. Dès lors, nous ne pouvons qu’encourager une traduction et une large diffusion de ces études qui, après délibération des membres du jury, ont permis à son auteur de se voir attribuer le titre de docteur en histoire de la psychologie.

Laurent Gutierrez

Professeur en Sciences de l’éducation

Centre de recherche en éducation et en formation (CREF)

Université de Paris Nanterre

[1] De son côté, Piéron souhaitait supprimer une partie de certains enseignements disciplinaires et certains types d’exercice qui, selon lui, n’étaient d’aucune utilité dans le cadre du développement des capacités intellectuelles. Sur cet aspect, se reporter à GUTIERREZ Laurent, « Henri Piéron : un militant de la réforme de l’enseignement ? ». In GUTIERREZ Laurent, MARTIN Jérôme et OUVRIER-BONNAZ Régis (dir.), La contribution d’Henri Piéron à l’édification de la psychologie scientifique et de l’orientation professionnelle, Paris : Octares, 2016, p.161-171.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *