La réception et la circulation des tests d’intelligence à Belo Horizonte

Suite à une soutenance de thèse à laquelle il a assisté en 2016, Laurent Gutierrez nous a proposé un compte rendu de cette thèse sur la réception et la circulation des tes d’intelligence au Brésil. Le voici :

La réception et la circulation des tests d’intelligence à Belo Horizonte à partir de leur utilisation à l’École de Perfectionnement des enseignants (1929-1946)

Tel est le titre de la thèse de doctorat en histoire de la psychologie soutenue à l’université fédérale de Minas Gerais (Belo Horizonte, Brésil) par César Rota Jr., le 28 mars 2016. A cette occasion, le jury composé de Sergio Dias Cirino (co-dir.), Université Fédéral de Minas Gerais (UFMG), Laurent Gutierrez (co-dir.), Université de Rouen, Régina Helena de Freitas Campos (UFMG), Raquel Martins de Assis (UFMG), Rodrigo Lopes Miranda, Université catholique Dom nBosco (UCDB) et de Robson Nascimento Cruz, Universidade Estuadal de Maringa (UEM) est revenu sur une partie méconnue de l’œuvre de Théodore Simon, auteur jusqu’à ce jour délaissé par les historiens français de la psychologie et de la psychiatrie. La lecture puis la soutenance de cette thèse ont permis un débat particulièrement instructif sur l’histoire des tests au Brésil. Dans le cadre de ce compte-rendu, nous nous proposons de revenir sur quelques-uns de ces éléments à commencer par les notions de réception et de circulation des tests d’intelligence. César Rota a souhaité questionner plus spécifiquement la notion d’adaptation de ces tests en cherchant à savoir de quelle manière ils avaient été modifiés puis appliqués à des individus de cultures différentes.

Dans la première étude consacrée à « la circulation des tests d’intelligence entre la France, les Etats-Unis et le Brésil au début du XXe siècle » (p.43-66), l’auteur aborde cette « fidélité à l’authentique » en analysant le degré d’inspiration des tests brésiliens vis-à-vis des tests français. Il montre pourquoi et comment toute entreprise d’adaptation doit se positionner vis-à-vis de l’objet mais aussi de l’individu qui l’a fait naître : de quoi et de qui sommes-nous dépositaire en fin de compte ? Question que nous nous posons tous et, plus encore, lorsque l’héritage légué est important. Dès lors, il n’est pas surprenant – mais encore fallait-il le démontrer comme l’a fait l’impétrant – que l’essentiel du travail mené par Théodore Simon à Belo Horizonte consista à utiliser les tests à des fins pratiques. Si l’entreprise de réappropriation fut limitée au sens où l’étude théorique des tests n’a pas réellement été menée, elle reste perçue, encore aujourd’hui au Brésil, comme un épisode important de cette histoire de l’introduction des méthodes de mesure de l’intelligence et de classification des élèves selon leurs aptitudes. L’auteur montre aussi l’intérêt politique que représentent ces tests pour les autorités locales à commencer par le gouverneur de l’Etat de Minas Gerais qui y voit la possibilité de répondre aux attentes des familles en gérant l’hétérogénéité importante des enfants en âge d’être scolarisés. A cet effet, César Rota Jr rappelle que l’invitation faite à Simon de venir à Belo Horizonte en 1929 constitue une caution scientifique voire morale dans le cadre de l’utilisation de ces tests.

Parmi les autres aspects que l’auteur met en lumière, l’identification des quelques 25 tests (Cf. tableau n°2, p.78-81) se réclamant de près comme de loin des tests d’intelligence créés par les français au début du XXè siècle, est particulièrement instructive. Ce recueil est au cœur de sa deuxième étude consacrée aux « Caractéristiques des tests d’intelligence utilisés dans l’École de Perfectionnement des Enseignants de Belo Horizonte (1929-1946) » (p.67-88). Sans doute, aurait-il été intéressant d’en savoir plus sur certains de ces tests (une présentation synthétique sur les conditions de passage, les résultats obtenus en fonction des âges, du sexe, etc.) car si dans l’ensemble il s’agit de regrouper les élèves de même niveau dans des classes, plusieurs questions restent en suspens quant à leur utilisation : A partir de quand ces tests ont-ils été utilisés à l’Ecole de perfectionnement ? Sur quelle période ? Pour quels motifs certains tests ont été abandonnés après avoir été adaptés et utilisés ? Les réponses susceptibles d’être apportées à ces questions appellent d’autres interrogations portant sur les écarts enregistrés entre les versions originales et les versions remaniées utilisées à Belo Horizonte. Enfin, en matière de formation des maîtres, certains tests ont-ils été plus utilisés que d’autres et à certains moments, bien précis, de la formation ? Autrement dit, la maîtrise de l’utilisation de ces tests a-t-elle été pensée dans une approche didactique et pédagogique de la formation des futurs maîtres ? A-t-elle fait l’objet d’une évaluation des élèves maîtres par leurs formateurs ?

La troisième et la quatrième étude consacrées respectivement à « La mesure de ce qui est inconnu : le concept de l’intelligence dans le contexte éducatif brésilien dans les années 1920 et 1930 » (p.89-104) et à « La réception/circulation des tests d’intelligence dans l’École de Perfectionnement des Enseignants de Belo Horizonte » (p.105-127) font émerger la question de la nature et de l’utilité sociale des tests. Il s’agit là d’un débat important pour ne pas dire essentiel qui a eu lieu en France dans les années 1930, période contemporaine à celle étudiée, dans cette thèse. Certes, la pratique des tests l’a emporté sur la réflexion théorique comme le rappelle M. Rota. Mais celle-ci n’évacue pas pour autant la question pédagogique qui est centrale. Les résultats obtenus par les tests d’intelligence ont-ils eu des répercussions sur l’organisation de l’enseignement ? De la même manière, les résultats obtenus aux tests d’instruction qui servent à mesurer le résultat des apprentissages scolaires, ont-ils permis de différencier l’enseignement à partir de la mise en place de groupes de niveau  selon les disciplines ? Ont-ils servis à hiérarchiser la difficulté des exercices proposés aux élèves selon l’identification de la nature des difficultés d’apprentissage ?

Ces questions sont importantes pour au moins deux raisons. La première est liée à la mission que s’est donnée la Société Alfred Binet qui, dans les années 1920, propose des solutions pédagogiques aux maîtres et aux maitresses face aux problèmes rencontrés par leurs élèves dans l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul. La Société publie alors dans son bulletin  les résultats issus de nombreuses expériences menées dans les classes. Pour rappel, c’est à la suite de ces travaux que Théodore Simon militera pour que soit abandonné l’enseignement de la grammaire avant 11 ans[1]. La seconde raison est relative aux enseignements consacrés à l’étude et à l’utilisation des tests psychologiques qu’assure, à cette époque, Théodore Simon dans les Ecoles normales d’institutrices et d’instituteurs de la Seine. Selon Théodore Simon et sa collaboratrice Madeleine Rémy, « les tests d’instruction visent à mesurer le savoir des enfants, et, par là aussi, leurs progrès. A mesurer, c’est-à-dire à chiffrer avec exactitude au lieu d’apprécier ou jugé ».

Enfin, il convient de rappeler comme le fait ici César Rota Jr. la position de principe qui fut celle de Th. Simon vis-à-vis des résultats obtenus aux tests par les élèves. Dans le cadre des apprentissages scolaires qui est soumis aux variations dues au développement psychiques et physiologiques de l’enfant, le docteur Simon insiste pour que les enfants qui obtiennent de mauvais résultats aux tests d’instruction ne fassent pas l’objet d’un classement définitif. Avant toute interprétation, il convenait de recueillir des résultats issus d’observations répétées à des moments et dans des contextes différents conformément à une démarche de psychologie expérimentale que Simon appelait de ses vœux. Il est dommage que cet aspect n’ait pas été étudié dans cette thèse. Il aurait sans doute permis de déterminer la nature d’éventuels retards dans le développement psychique de ces enfants et d’interroger à nouveaux frais les raisons de leurs échecs scolaires. Cette dernière remarque n’enlève rien à la qualité de ce travail universitaire original portant sur une partie méconnue de l’œuvre de Théodore Simon. Les résultats obtenus dans chacune des quatre études proposées par M. César Rota Jr méritent d’être portés à l’attention des membres de la communauté scientifique. Dès lors, nous ne pouvons qu’encourager une traduction et une large diffusion de ces études qui, après délibération des membres du jury, ont permis à son auteur de se voir attribuer le titre de docteur en histoire de la psychologie.

Laurent Gutierrez

Professeur en Sciences de l’éducation

Centre de recherche en éducation et en formation (CREF)

Université de Paris Nanterre

[1] De son côté, Piéron souhaitait supprimer une partie de certains enseignements disciplinaires et certains types d’exercice qui, selon lui, n’étaient d’aucune utilité dans le cadre du développement des capacités intellectuelles. Sur cet aspect, se reporter à GUTIERREZ Laurent, « Henri Piéron : un militant de la réforme de l’enseignement ? ». In GUTIERREZ Laurent, MARTIN Jérôme et OUVRIER-BONNAZ Régis (dir.), La contribution d’Henri Piéron à l’édification de la psychologie scientifique et de l’orientation professionnelle, Paris : Octares, 2016, p.161-171.

Les archives de Binet

sans-titreDans un numéro récent de la revue Santé mentale au Québec consacré à l’archive psychiatrique, Alexandre Klein publie un article sur les différents fonds des archives d’Alfred Binet, ainsi que sur leur histoire. Son article retrace ainsi plus de soixante ans de recherche sur les traces de la vie et des travaux du psychologue, et détaille la nature des trois principaux fonds qui conservent aujourd’hui ses archives. Ce bilan du travail de trois générations de chercheurs sur les archives de Binet s’achève sur une réflexion sur le statut de ces documents et sur les projets à venir les concernant.

L’article est accessible en ligne : À la recherche de l’archive psychiatrique perdue. L’histoire des fonds d’archives d’Alfred Binet (1857-1911)

Congrès Binet 2017

binetAlfred Binet, expérimentateur. Entre archives de la psychologie et éducation physique

Appel à communications

12-13 Octobre 2017

BNF/Université Paris-Descartes-USPC

 

Colloque international organisé par la Société Binet-Simon et la revue Recherches & Éducations

Sous la présidence des Pr. Guy Avanzini et Bernard Andrieu

Avec le soutien de l’EA 3625 TEC (Techniques et Enjeux du corps) UFR STAPS Université Paris Descartes-USPC

à La Bibliothèque Nationale de France

A l’occasion du don des Archives Alfred Binet de et par la Famille Binet

12 octobre 2017: La posture de Binet : les instruments de la psychologie (Bibliothèque Nationale de France, site Tolbiac, Quai François Mauriac, 75706 Paris)

13 octobre 2017: Cancres et « débiles corporels » : quelle éducation physique ? (Université Paris Descartes, UFR STAPS, 1 Rue Lacretelle, 75015)

 

Argumentaire

 Acteur-clef dans l’émergence de la psychologie expérimentale en France, promoteur d’une œuvre au carrefour des sciences sociales et médicales qui fut un kaléidoscope des techniques d’observation et d’expérimentation de son temps, Alfred Binet fut un personnage clé de l’histoire des sciences.

Ce colloque entend mettre l’accent sur ce fil directeur de sa carrière de psychologue que fut sa posture d’expérimentateur, que ce soit dans ses recherches psychologiques ou dans ses propositions pédagogiques, notamment en éducation physique des anormaux. À partir de l’étude de ses travaux autant que de ses archives, la diversité des méthodes d’expérimentation promues par Alfred Binet sera envisagée, afin notamment de travailler la nature de sa posture épistémologique, la qualification de son expérimentalisme propre, dans une période où les psychologies anglaise, allemande et française se déploient autour de paradigmes et d’approches singulières.

Il s’agira de préciser la posture de recherche Binet à toutes les étapes du protocole expérimental depuis le choix du terrain d’enquête, en passant par le lieu de passation des épreuves, la sélection de l’échantillon, la description des sujets, le choix des accessoires et des instruments de mesure et de précision, les problématiques et les facultés psychiques étudiées, et jusqu’aux résultats et leurs interprétations.

Toutes les périodes de la carrière de Binet, qui s’étale sur trois décennies (1880-1911) seront envisagées, incluant ses travaux psychopathologiques de la Salpêtrière, ses recherches de psychologie individuelle, ses études sur l’intelligence et enfin ses travaux de psychopédagogie. Il s’agira notamment d’essayer de montrer comment les différentes approches expérimentales utilisées dans ces différentes phases de son œuvre participent toutes de la création d’un expérimentalisme original.

Au-delà les enjeux pédagogiques et pratiques de ses travaux en éducation spécialisée et en éducation physique seront abordés en montrant que l’anormalité étudiée est moins physiologique que psychosociale et neurocognitive, comme en témoigne sa psychologie des cancres. Les moyens développés par Binet pour prendre en charge ces situations seront explorés, comme sa proposition de création d’une éducation physique adaptée aux débiles corporels ou ses démarches pédagogiques et prise en charge des anormaux.

Au cours de ces deux journées, seront valorisés les archives du psychologue et les travaux sur l’éducation. La Société Binet-Simon décernera également un prix de thèse valorisant une recherche dont les travaux sont en rapport avec le psychologue Binet.

Parmi les pistes d’analyses des travaux et des archives d’Alfred Binet proposées pour ces deux journées, notons :

  • L’analyse des outils de la mesure, dont celui de l’intelligence[1], de la fatigabilité[2] ou de la suggestion des enfants[3], ainsi que leur usage historique, politique et social en France et à l’international.
    • Quels sont donc les éléments historiques, politiques et sociaux qui permettent l’objectivation scientifique de la mesure de l’homme ?
    • Quels sont aussi les éléments des processus d’intériorisation/incorporation de la mesure ?
    • La mesure de l’homme joue-t-elle une fonction de contrôle social et  individuel, y compris de sa sexualité pour faire suite au travail précurseur d’Alfred Binet sur le fétichisme dans l’amour paru en 1887 ?
  • L’étude réflexive et critique de la normalité et de l’anormalité des enfants suite à  la parution Des anormaux[4].
    • La mesure de l’homme est-elle une norme qui n’existerait qu’en relation avec une déviance, d’une manière dialogique entre des humains « normaux » et des humains « anormaux » ?
    • Comment la mesure de l’homme crée-t-elle une normativité ?
    • Quelles sont les mesures qui autorisent à dire qu’un individu ou un groupe social est  « normal » ou « anormal » ?
  • L’analyse des outils pédagogiques de Binet en regard de ses travaux sur la mesure et la norme.
    • Quels y seraient le rôle et/ou la responsabilité de l’éducation physique et morale ?
    • Quelle éducation physique pour les « cancres » et les « débiles corporels » ?
  • La mise en évidence de l’expérimentalisme binetien à partir de sa posture et de ses usages expérimentaux.
    • Quels rapports de Binet avec l’expérimentalisme allemand, la psychologie anglaise ou la psychopathologie française ?
    • Quels outils a-t-il mis en place pour soutenir l’expérimentalisme singulier qui fut le sien ?
    • Qu’est-ce que ses archives apportent à la compréhension de son modèle expérimental ?
    • Quelles sont les leçons que les sciences humaines peuvent aujourd’hui tirer des études et de l’approche de Binet ?

 Les propositions de communications de 500 mots maximum, accompagnée d’une courte biobibliographie, seront à envoyer à l’adresse suivante : colloquebinet@gmail.com avant le 31 janvier 2017

 Selon l’acceptation, l’envoi du texte définitif de la contribution est fixé au 1er juillet 2017 pour une publication dans la revue Recherches & Éducations en octobre 2017 (texte expertisé en double aveugle par le comité scientifique).

 Pour le prix de thèse, veuillez nous transmettre des thèses déjà soutenues en rapport avec les travaux de Binet.

Comité d’organisation

Bernard Andrieu (Université Paris Descartes)

Nicolas Burel (Université de Strasbourg)

Jacqueline Descarpentries (Université Paris 8)

Alix Garnier (Université Lille 3)

Isabelle Joing (Université Lille 2)

Henri-Louis Go (Université de Lorraine)

Alexandre Klein (Université Laval, Québec, Canada)

Martine Morisse (Université Paris 8)

Serge Nicolas (Université Paris Descartes)

Séverine Parayre (ICP, Institut Supérieur de Pédagogie-Faculté d’éducation)

Xavier Riondet (Université de Lorraine)

Pascal Roquet (CNAM Paris)

Loig le Sonn (Université Paris Descartes)

Emmanuel Triby (Université de Strasbourg)

Olivier Vors (Université Aix-Marseille)

Danielle Zay (professeure honoraire, Université Lille 3)

Comité d’honneur

Laurent Binet (Psychologue, Paris).

Guy Avanzini (Président d’honneur de la Société Binet Simon)

Comité Scientifique

Bernard Andrieu (Université Paris Descartes)

Guy Avanzini (Président d’honneur de la Société Binet Simon)

Denise Bernuzzi de Sant’Anna (Université Catholique de São Paulo, PUC-SP)

Nicolas Burel (Université de Strasbourg)

Christophe Chaperot (Psychiatre, Dir. Évolution psychiatrique)

Jacqueline Descarpentries (Université Paris 8)

Alix Garnier (Université Lille 3)

Henri-Louis Go (Université de Lorraine)

Isabelle Joing (Université Lille 2)

Alexandre Klein (Université Laval)

Thierry Lecerf (Université de Genève)

Olivier Martin (Paris Descartes)

Lucia Martinez Moctezuma (Université autonome de l’Etat de Morelos, Mexique)

Martine Morisse (Université Paris 8)

Augustin Mutuale (ICP, Institut Supérieur de Pédagogie-Faculté d’éducation)

Petrucia da Nóbrega (Université Fédéral de Rio Grande do Norte, Brésil)

Serge Nicolas (Université Paris Descartes)

Séverine Parayre (ICP, Institut Supérieur de Pédagogie-Faculté d’éducation)

Xavier Riondet (Université de Lorraine)

Pascal Roquet (CNAM Paris)

Martine Ruchat (Université de Genève)

Carmen Lucia Soares (Université de Campinas UNICAMP, Brésil)

Loig le Sonn (Université Paris Descartes)

Emmanuel Triby (Université de Strasbourg)

Francisco Vázquez García (Université de Cadix, Espagne)

Georges Vigarello (EHESS, Centre Edgar Morin)

Olivier Vors (Université Aix-Marseille)

Danielle Zay (professeure honoraire, Université Lille 3)

 

[1] Depuis  « L’élaboration du premier test de l’intelligence », 1904-1905.

[2] Alfred Binet et Victor Henri, La fatigue intellectuelle, Paris, 1898.

[3] Revue néo-scolastique, Année 1902 Volume 9 Numéro 36, pp. 532-533

[4] Dans L’année psychologique, Année 1911 Volume 18 Numéro, 1, pp. 503-519.

Emancipation et Formation de soi

 

Emancipation et Formation de soi

 Journée d’étude de la Société Binet-Simon

Vendredi 2 décembre 2016

La journée se déroulera dans le bâtiment D, salle D 002, de l’université Paris 8.

Organisée par les laboratoires Experice et LLCP de l’Université de Paris 8 Vincennes à Saint-Denis et la société Binet Simon (revue Recherches & Educations)

 

Programme

9h-9h30 : Accueil des participants

Matinée

9h30 : Présentations: Laboratoire Experice : Pascal Nicolas-Le Strat (Université de Paris 8) ; LLCP : Bertrand Ogilvie (Université de Paris 8) ; Société Binet-Simon: Bernard Andrieu (directeur de la revue Recherches&Educations)

10h00 : Conférence introductive : Le corps est-il un outil d’émancipation ? Bernard Andrieu, (philosophe du corps, Université Paris Descartes)

10h30 -12h : 1ère table ronde : Corps et sensible (discutants : Bernard Andrieu, Jacqueline Descarpentries)

Participants :

Sophie Coudray (Université de Lyon II, Laboratoire Passages XX-XXI) Quelle perspective émancipatrice pour un théâtre d’éducation populaire ?

Sylvain Fabre (Université de Paris-Est Créteil, Laboratoire Circeft-Escol) L’œuvre et l’expérience de la condition d’émancipée

Francis Lesourd (Université de Paris 8, Laboratoire Experice),Résurgences émancipatrices de la Bildung romantique dans le pluralisme thérapeutique contemporain

Émilie Osmont (Université de Rouen, Laboratoire CIVIIC ) Émancipation culturelle et joie d’apprendre : la pédagogie progressiste de Georges Snyders dans la lutte des classes

Après midi

14h-15h30 : 2ème table ronde: La formation de soi (discutants : Eric Lecerf, Pascal Nicolas-Le Strat)

Participants :

Guillaume Demont (Université Paris Descartes, Laboratoire EDA), La formation des travailleurs sociaux : la formation de soi pour accompagner son prochain vers l’émancipation.

Olivia Gross (Université Paris 13, Laboratoire Educations et Pratiques de santé) « Scientifiser son malheur » : discussion sur le caractère émancipatoire d’une formation de pairs-aidants dans l’éducation thérapeutique

Vincent Lorius (Groupe de Recherche sur l’Éducation Éthique et l’Éthique de l’Éducation) Gestion de classe : supériorité pratique d’une éducation métamorphique

Paul Olry (Unité DPF, Agrosup Dijon) & Joris Thievenaz (Unité DPF, CNAM-CRF)
S’émanciper par et dans les situations de travail : le cas des travailleurs sociaux de l’aide sociale à l’enfance.
16h-17h30 : 3ème table ronde: Vers l’autonomie ? (discutants : Nacira Guenif, Patrice Vermeren)
Participants :

Marc Derycke (Université Jean-Monnet à Saint-Etienne, Laboratoire MODYS) Vers la « construction de plans d’égalité » dans la relation éducative à l’université

Nassira Hedjerassi (Université de Reims, Laboratoire CÉREP) A l’école de bell hooks : une pédagogie engagée de la libération

Jérôme Eneau (Université de Rennes 2, CREAD) Autoformation, autonomisation et émancipation : de quelques problématiques de recherche en formation des adultes

Lea Laval (Université de Paris 8, Experice) Poser l’éducation populaire entre savoirs et émancipation : des pratiques en recherche

17h30-18h : Synthèse de la journée : Laurence Cornu (philosophe de l’éducation, Université de Tours)

La journée est gratuite et ouverte à toutes et à tous. Pour le contrôle à l’entrée de l’université, une inscription est demandée, en envoyant un message à l’adresse suivante : JEEmancipation

 

Adresse de l’université :

2 rue de la Liberté, à Saint-Denis. Accès : Métro : Saint-Denis Université (terminus de la ligne 13). L’université se trouve en face de la sortie de la station de métro. Si vous venez en voiture, vous trouverez des places à proximité de l’université.

La revue Recherches&Education tiendra un stand pour présenter ses numéros, dont le double numéro de la revue : Emancipation et formation de soi.

Binet et les fabricants d’instruments

The importance of instrument firms in the development of psychology, and science in general, should not be underestimated since it would not have been possible for various leading psychologists at the turn of the twentieth century to conduct certain experiments without the assistance of instrument makers, as is often the case today. To illustrate the historical perspective introduced here, the example of Alfred Binet is taken, as he is an interesting case of a psychologist working in close collaboration with various French instrument designers of the time. The objective of this article is twofold: (1) to show the considerable activity carried out by early psychologists to finalize new laboratory instruments in order to develop their research projects; (2) to reassess the work of a major figure in French psychology through his activity as a designer of precision instruments. The development of these new instruments would certainly have been difficult without the presence in Paris of numerous precision instrument manufacturers such as Charles Verdin, Otto Lund, Henri Collin, and Lucien Korsten, on whom Binet successively called in order to develop his projects in the field of experimental psychology.

Sauvegarde du webdocumentaire Alfred Binet

Webdocumentaire-Alfred-Binet-page-001La Bibliothèque Nationale de France vient d’accepter d’archiver le webdocumentaire Alfred Binet. Il sera ainsi préservé en lieu sûr. Après sa collecte (qui sera effectuée dans les trois prochains mois), la capture du site sera consultable dans les collections des archives de l’internet, accessibles dans les salles de recherche de la BnF et des bibliothèques partenaires en région.

Les calculateurs prodiges

9782343087467rSerge Nicolas publie dans sa collection « Encyclopédie psychologique » chez L’Harmattan et en collaboration avec Valérie Gyselinck un ouvrage sur les études psychologiques portant sur les calculateurs prodiges. On y retrouve, entre autres, les recherches menés par Alfred Binet, notamment avec Charcot.

Les calculateurs prodiges. Leur histoire et leur psychologie

Serge Nicolas et Valérie Gyselinck

Les calculateurs prodiges ont toujours fasciné le public par leur facilité à réaliser mentalement et rapidement des opérations arithmétiques complexes impliquant souvent des grands nombres. Ce livre donne à lire les premiers textes sur l’histoire des calculateurs mentaux (tels que Jacques Inaudi, Périclès et Uranie Diamandi, Hugo Zaneboni et Gottfried Rückle). Certains de ces textes du tournant du XXe siècle, écrits par des psychologues de renom (Scripture, Binet, Ferrari, Müller, Lahy), sont présentés ici pour la première fois en traduction française.

Le webdocumentaire Binet à Calgary

Webdocumentaire-Alfred-Binet-page-001Dans le cadre du congrès annuel de la Société historique du Canada qui se tiendra à Calgary en Alberta (Canada) du 30 mai au 1er juin 2016, Alexandre Klein présentera le travail qu’il a réalisé avec Philippe Thomine pour écrire et réaliser le webdocumentaire « Alfred Binet (1857-1911). Naissance de la psychologie scientifique« .

 

L’écriture de l’histoire à l’ère numérique. L’exemple du webdocumentaire « Alfred Binet (1857-1911). Naissance de la psychologie scientifique »

Les outils numériques offrent aujourd’hui aux historiens des moyens originaux de renouveler leurs approches et leurs méthodes. Le travail d’archives a ainsi été, de la recherche à la valorisation en passant par le classement et l’étude, profondément transformé au cours des dernières années grâce aux nouveaux instruments informatiques. Mais ils les conduisent également à devoir modifier leur regard et même leur écriture. Le webdocumentaire, qui s’est imposé comme un outil de choix tant pour la transmission des résultats du travail historique que pour la mise en valeur du patrimoine archivistique, en est un bon exemple. Fondamentalement interactif, ce support associant texte, images, vidéo, son et animations permet de diffuser des savoirs en ligne de manière accessible et ludique. Il offre, grâce à son architecture complexe faite de multiples niveaux de présentation et des différentes voies d’accès, une totale liberté de navigation à ses utilisateurs et s’affirme ainsi comme un support pédagogique de choix. Mais pour profiter de cette richesse, l’historien se doit de modifier ses usages, et notamment de se départir de ses modes traditionnels d’écriture pour penser à nouveaux frais les voies et les méthodes de la mise en récit historique. C’est ce que nous montrerons dans notre communication qui détaillera le travail effectué entre 2011 et 2014 avec le réalisateur Philippe Thomine pour la création du webdocumentaire « Alfred Binet. Naissance de la psychologie scientifique » (http://alfredbinet.univ-lorraine.fr). La présentation de cette œuvre multimédia inédite, qui nous plonge au cœur de la vie et de l’œuvre du fameux psychologue français de la Belle Époque, sera l’occasion d’une réflexion sur les nouvelles manières d’écrire l’histoire à l’ère numérique.

Binet et les magiciens

Sans titreDans le prochain numéro de l’American Journal of Psychology, Serge Nicolas publie en collaboration avec Cyril Thomas et André Didierjean un article sur les recherches de Binet concernant les magiciens.

Scientific Study of Magic: Binet’s Pioneering Approach Based on Observations and Chronophotography
In 1894, the French psychologist Alfred Binet (1857-1911) published an article entitled « The Psychology of Prestidigitation »that reportedthe results of a study conducted incollaboration with two of the best magicians ofthat period. By using a new method and new observation techniques, Binet was able to reveal some of the psychological mechanisms involved in magic tricks. Our article begins by presenting Binet’s method and the principal professional magicians that participated in his studies. Next, we present the main psychological « tools » of magicians described by Binet and look at some recent studies  dealing with those mechanisms. Finally, we take a look at the innovative technique used by Binet forhis study on magic: the chronophotograph.

Histoire du test de QI

binetAlfred Binet et le webdocumentaire « Alfred Binet. Naissance de la psychologie scientifique » étaient à l’honneur de l’émission Aujourd’hui l’histoire de Radio Canada, vendredi 22 avril 2016.

Alexandre Klein y présentait l’histoire des tests d’intelligence et le rôle de Binet dans l’édification de cet outil psychologique de renom.

http://ici.radio-canada.ca/emissions/aujourd_hui_l_histoire/2015-2016/chronique.asp?idChronique=404579

Le test de quotient intellectuel, un outil controversé

L’ancêtre du test de QI est inventé en 1905 par le Français Alfred Binet, un des pères de la psychométrie. Le test d’intelligence de l’époque sert à classifier les enfants qu’on considère comme « anormaux» pour savoir si l’on doit les envoyer à l’école, explique Alexandre Klein, philosophe et historien de la santé, au micro de Jacques Beauchamp. Le test a depuis été transformé maintes fois et utilisé avec des motifs parfois contestables.

Un changement dans la façon de mesurer l’esprit humain. 
Contrairement à ses confrères du 19e siècle, le chercheur ne s’intéresse pas du tout à la taille, à la forme ou au poids du crâne, mais plutôt à des caractéristiques comme la mémoire, l’imagination et le jugement. Avant la recherche scientifique, l’interprétation de l’esprit humain se faisait plutôt par la philosophie.

Les dérives du test de QI
Le neuropsychologue Dave Alenberg croit que le test a tout de même ses limites : « Ça ne nous dit pas comment on s’adapte à des situations nouvelles, ni quelle est notre capacité d’adaptation sociale », dit-il. Le philosophe et généticien Albert Jacquard abonde dans le même sens : « Ce test a fait tellement de dégâts à cause de la mauvaise compréhension des gens qu’il vaudrait mieux ne plus en parler. » Le scientifique français ajoute que certains courants idéologiques comme l’eugénisme se sont aussi basés sur des tests de QI afin de justifier la discrimination.