Les arriérés pédagogiques

Dans le dernier numéro de la Revista Iberoamericana do Patrimônio Historico-Educativo, consacré à L’école et les maladies dans le monde (XIXe-XXe) et dirigé par Séverine Parayre, Bernard Andrieu signe un article sur les recherches de Binet sur les arriérés pédagogiques. Son article, intitulé Arrièrés Pédagogiques: naissance de l’élève capacitaire dans les dernières recherches de Binet dans les écoles parisiennes en 1908-1910, présente les travaux que Binet mène en collaboration avec Simon et Vaney dans les écoles parisiennes afin d’analyser les enjeux épistémologiques de la définition de ce que l’auteur nomme l’ « enfant capacitaire » .

Résumé L’élève capacitaire est autant celui qui pathologiquement manifesterait des carences et des déficits neurocognitifs que Binet et Simon décrivent comme un enfant anormal mais concerne aussi avec Vaney et les commissions pédagogique de la Société Binet-Simon les classes ordinaires dans lesquelles les différences de niveau d’intelligence ne sont pas réalisés. Epistémologiquement le projet de Binet avec d’une part le psychiatre Théodore Simon et d’autre part avec le directeur d’école Victor Vaney est double: – L’éducabilité peut être comprise dans une classification psychiatrique qui, depuis Belhomme jusqu’à Bourneville, propose une graduation dans les capacités d’apprentissage en délimitant les possibilités d’apprentissage, ce que nous appelons le niveau capacitaire de l’élève dès la petit école de Bourneville; – Alfred Binet travaillant avec Victor Vaney au laboratoire de l’école de la Grange aux Belles mais aussi dans les autres écoles parisiennes via les autorisations obtenues auprès de l’inspecteur Belot pour enquêter comme nous le montrons dans ces  archives auprès des arriérés pédagogiques des classes ordinaires.

 

Les tests mentaux avant Binet

Dans le dernier numéro du Journal of the History of the Behavioural Sciences, Annette Mülberger publie un article sur le testing des différences individuelles avant le test Binet-Simon. Elle remet ainsi en question la rupture historiographie qui a été instaurée entre Binet et son test psychologique et ses prédécesseurs et leur tests anthropologiques. L’article est entièrement accessible en ligne : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/jhbs.21850/full

MENTAL ASSOCIATION: TESTING INDIVIDUAL DIFFERENCES BEFORE BINET

. This paper challenges the historiographical discontinuity established between earlier “anthropometric testing” and the arrival of “psychological testing” with Binet and Simon’s intelligence test in 1905. After some conceptual clarifications, it deals with “word association”: a kind of psychological experimentation and testing which became popular over the last two decades of the 19th century. First Galton’s exploration are presented, followed by experiments performed at the Leipzig laboratory by Trautscholdt, and then Cattell and Bryant’s collective testing. Additionally, I document the use of this method for the study of mental difference through the works of Münsterberg, Bourdon, Jastrow, Nevers and Calkins. The cases I present show how the method gave rise to various measurements and classifications. I conclude that the word association technique triggered reflection on mental “uniqueness”, gender traits and the influence of education, among other topics. Moreover, it prepared the terrain and anticipated some basic attractions and problems intelligence testing would later encounter.

Le théâtre de Binet

Le dernier numéro de la revue L’esprit créateur consacré à L’esprit (dé)réglé: Literature, Science, and the Life of the Mind in France (1700–1900), accueille un article d’Alexandre Klein consacré au théâtre chez Alfred Binet. Intitulé Le théâtre comme laboratoire des sciences de l’esprit : Alfred Binet, psychologue dramatique et dramaturge amateur, cet article revient sur la collaboration de Binet avec le dramaturge André de Lorde afin d’analyser le rôle du théâtre dans l’oeuvre du psychologue et notamment dans la construction de son épistémologie.

Le webdocumentaire, un outil numérique innovant

31353-aff-page-001Dans le cadre d’un colloque sur Les faits et gestes du numérique dans le monde académique, qui se déroulera à l’Université du Québec à Trois-Rivières (Canada), les 15 et 16 décembre prochain, Alexandre Klein présentera le webdocumentaire sur Alfred Binet qu’il a réalisé en partenariat avec la Société en 2014 dans le cadre d’une communication intitulée « Le webdocumentaire : un outil numérique innovant au service de l’enseignement, de la recherche et de la valorisation ».

Vous trouverez le programme de cette manifestation ici et le résumé de la communication d’Alexandre Klein ici.

Henri Piéron

psychologie-orientation-et-educationLes éditions Octarès publient les actes du colloque Piéron qui s’est tenu en 2014 à Paris. Sous la direction de Laurent Gutierrez, Jérôme Martin et Régis Ouvrier-Bonnaz, ce volume est le premier à aborder l’ensemble des aspects de la carrière du fameux psychologue qui succéda à Binet à la tête du Laboratoire de la Sorbonne et de l’Année psychologique. Parmi les articles, on retrouve d’ailleurs deux contributions de membres de la Société Binet-Simon qui reviennent sur cette dimension. Alexandre Klein étudie les relations de Piéron avec Alfred Binet dont il fut l’élève avant d’être l’opposant et le successeur, tandis que Serge Nicolas analyse, avec Yannick Gouden, les travaux de Piéron au laboratoire de la Sorbonne.

http://www.octares.com/serie-colloques-congres/211-psychologie-orientation-et-education.html

Henri Piéron (1881-1964) Psychologie, orientation et éducation

sous la direction de Laurent Gutierrez, Jérôme Martin et Régis Ouvrier-Bonnaz

Octarès

2016
ISBN : 978-2-36630-054-3

Henri Piéron a incarné la psychologie scientifique aussi bien en France qu’à l’étranger pendant plus d’un demi-siècle (1912-1964). Aujourd’hui, force est de constater qu’il est tombé dans une semi-clandestinité. Les travaux relativement restreints qui lui sont consacrés suffisent à s’en convaincre. Dès lors, comment expliquer ce paradoxe ?

Cet ouvrage, en revenant sur le parcours de ce «leader incontesté de l’institutionnalisation de la psychologie en France », souhaite faire la lumière sur les différentes facettes de celui qui occupa la chaire de physiologie des sensations au Collège de France durant près de trente ans (1923-1951). Au-delà de cette assise institutionnelle, les études contenues dans cet ouvrage reviennent sur l’extraordinaire activité de ce scientifique de renommé internationale dont les idées firent école dans de nombreux pays. Il est également montré comment l’intervention de Henri Piéron fut décisive dans la création et le développement de l’orientation professionnelle. Son engagement au sein des associations militantes pour une réforme démocratique de l’enseignement à laquelle il croyait résolument est également abordé en vue de mieux cerner l’originalité et l’étendue de son œuvre.

Introduction – Interroger l’œuvre d’Henri Piéron, une question d’actualité ?
Laurent Gutierrez, Jérôme Martin et Régis Ouvrier-Bonnaz

CHAPITRE 1 – HENRI PIÉRON ET LA PSYCHOLOGIE SCIENTIFIQUE

Henri Piéron, élève et digne successeur d’Alfred Binet ?
Alexandre Klein

La psychologie et la psychopathologie d’Henri Piéron au laboratoire de la Sorbonne
Serge Nicolas et Yannick Gouden

Henri Piéron et Marcel Mauss en 1924 : identification des aptitudes ou variabilité des acquis de l’expérience ? Actualité d’une confrontation
Bernard Prot

Le garde-frontière de la psychologie – Henri Piéron et la métapsychie

Renaud Evrad et Stéphane Gumpper

La rhétorique de l’histoire – Henri Piéron, historien et archiviste de la psychologie

Jérôme Martin

CHAPITRE 2 – HENRI PIÉRON ET LA PSYCHOLOGIE APPLIQUÉE

L’orientation professionnelle selon Henri Piéron, une utopie ?
Michel Huteau

Henri Piéron au 41 de la rue Gay-Lussac (1928-1962)
Régis Ouvrier-Bonnaz

L’école française de psychotechnique et la mesure scientifique de la valeur professionnelle
Marco Saraceno

Henri Piéron et les résultats des premières études docimologiques : quelle pertinence au début du XXIe siècle ?
Philippe Chartier

Henri Piéron : un militant de la réforme de l’enseignement ?

Laurent Gutierrez

La légitimation contrariée du métier de conseiller d’orientation professionnelle (1880-1959)

Paul Lehner

CHAPITRE 3 – PIÉRON, FIGURE INTERNATIONALE DE LA PSYCHOLOGIE

La correspondance d’Henri Piéron : éclairages sur ses réseaux belges
Sylvain Wagnon

La place d’Henri Piéron dans la psychologie appliquée espagnole (1900-1940)
Angel C. Moreu

« Oh, ce sommeil ! » Correspondance entre Edouard Claparède et Henri Piéron (1900-1940)
Martine Ruchat

La place d’Henri Piéron et de la psychologie expérimentale française dans la psychologie argentine
Maria Andrea Piñeda

L’œuvre d’Henri Piéron en Italie dans les pages de la Rivista di Psicologia (1906-1936)
Glauco Ceccarelli

L’apport d’Henri Piéron dans le développement de la psychologie au Brésil (1920-1950)
Carolina Bandeira de Melo et Régina Freitas

Postface – La contribution d’Henri Piéron à l’édification de la psychologie scientifique et de l’orientation professionnelle
Jean-Luc Bernaud

Soutenance de thèse de Loig Le Sonn

Loig Le Sonn soutiendra, le 11 avril prochain, sa thèse de Doctorat en STAPS, spécialité Sciences du mouvement humain sur Alfred Binet intitulée « La femme, l’enfant et le fou. Les pratiques expérimentales d’Alfred Binet : dispositifs et sujets d’expérience ». la soutenance se déroulera le Lundi 11 Avril à 10 h 00 au laboratoire Techniques et Enjeux du Corps (Salle 2, 3ème étage -Université Paris Descartes, 1 rue Lacretelle 75015 PARIS) devant un jury composé de :

Bernard Andrieu, Professeur des Universités, Université Paris Descartes, directeur de la thèse.

Jacqueline Descarpentries, Maître de conférences HDR, Université Lille III, rattachée au laboratoire EXPERICE Paris 8 Vincennes, rapporteur.

Pascale Garnier, Professeure des Universités, Université Paris XIII, examinateur.

Serge Nicolas, Professeur des Universités, Université Paris Descartes, examinateur.

Olivier Sirost, Professeur des Universités, Université de Rouen, rapporteur.

Georges Vigarello, directeur d’études émérite à L’E.H.E.S.S, examinateur.

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes également conviés

Ci-dessous le résumé de la thèse :

Acteur-clef dans l’émergence de la psychologie universitaire en France, promoteur d’une œuvre au carrefour entre les sciences sociales et médicales, kaléidoscope des techniques d’observation et d’expérimentation de son temps, personnage au centre des controverses intellectuelles d’une époque, inventeur du test d’intelligence : l’importance décisive d’Alfred Binet dans la constitution du champ psychologique en France n’est plus à démontrer. Depuis l’ouvrage de référence de Theta Wolf publié en 1973, les études thématiques se sont multipliées sur des aspects précis de son œuvre. Des archives inédites ont été répertoriées et publiées. Une exploration d’ensemble des travaux du psychologue s’imposait à nouveau à travers un axe de recherche original, celui de la relation d’expérimentation. L’interaction expérimentale est ici placée au cœur de l’analyse, à travers les dialogues retranscrits par Binet avec ses sujets d’expérience et tous les éléments du contexte d’expérimentation : les institutions visitées, les lieux de passation des épreuves, les protocoles, les problématiques savantes et les hypothèses, le choix des instruments et des sujets d’expérience. En l’espace de trois décennies (1880-1911), il en ressort une trajectoire d’expérimentateur ponctuée par quatre paradigmes majeurs. Chaque dispositif méthodologique retenu (l’hypnose, la psychométrie, le test, l’interrogatoire psychiatrique) renvoie à des publics d’expérimentation distincts (des femmes hystériques, des sujets de laboratoire variés, des écoliers et enfin des internés) et des institutions hétérogènes (l’hôpital, le laboratoire, l’école primaire et enfin l’asile).

Une expérience d’esthésiométrie

imagesDans le dernier numéro du Bulletin de psychologie, Loig Le Sonn publie un article sur une étude expérimentale de la sensibilité tactile réalisée par Binet sur la domestique Marie Godard.

Le Sonn (Loïg).— Le psychologue Alfred Binet et la domestique Marie Godard. Un dispositif expérimental inédit pour mesurer la sensibilité tactile (1903), Bulletin de psychologie, Tome 69 (1), N°541, 2016, p. 47-61.
Résumé : Seconde domestique de la famille Balbiani et femme de ménage au laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne, Marie Godard accepta de jouer le rôle de sujet d’expérience contre rémunération, à la demande expresse d’Alfred Binet, au cours de séances d’esthésiométrie réalisées à l’aide du compas de Weber, d’un écran opaque et d’un bandeau. Les travaux furent publiés en 1903 dans L’année psychologique. L’interaction qui liait Alfred Binet et Marie Godard offre un cas d’étude unique pour analyser en profondeur la dynamique des interactions entre l’expérimentateur et son sujet d’expérience, à travers toutes les étapes du protocole expérimental : la préparation des séances, leur déroulement et enfin le processus d’interprétation des données recueillies.

Nouvelle histoire de la psychologie

9782130633648Olivier Houdé, psychologue à la Sorbonne ( dans l’ancien laboratoire de Binet) et professeur à l’université Paris-Descartes publie un nouveau « Que-sais-je ? » sur l’histoire de la psychologie.

 

 

 

Histoire de la psychologie

Olivier Houdé

Broché: 128 pages
Editeur : Presses Universitaires de France – PUF (20 janvier 2016)
Collection : QUE SAIS-JE ?
Langue : Français
ISBN-13: 978-2130633648

D’où vient notre esprit ? Est-il divisé, mesurable, inné ou acquis ? Quels rapports entretient-il avec le cerveau ? Et avec Dieu ? Depuis deux millénaires, les penseurs se posent ces questions. C’est l’histoire de la psychologie, mêlée à celles de la philosophie et de la biologie.
De Platon, Aristote, saint Augustin et Montaigne… à Gall, Darwin, Fechner, Wundt, Ribot et James, Olivier Houdé nous raconte cette histoire, telle une petite encyclopédie de notre âme.
Table des matières
Chapitre I – L’Antiquité
I – Mythologie : Psyché, psychopompe, Œdipe
II – Platon : Idées innées et volonté de l’âme
III – Aristote : la science des syllogismes et l’empirisme
IV – Hérophile et Galien : la première localisation des fonctions supérieures du cerveau
V – Soigner les maladies de l’âme
VI – L’Antiquité non occidentale : psychologie indienne et bouddhisme
VII – De l’Antiquité au Moyen Âge : saint Augustin
Chapitre II – Le Moyen Âge
I – Vérités révélées, vérités raisonnées : foi et science dans la psychologie médiévale
II – Nominalisme, querelle des Universaux et « rasoir d’Occam »
III – Du Moyen Âge à la Renaissance
Chapitre III – De la Renaissance aux Lumières
I – La Renaissance : Montaigne, une psychologie de la tolérance contre le fanatisme religieux
II – Grand Siècle : Descartes et le cogito, Pascal et la persuasion
III – Le siècle des Lumières : empirisme, innéisme et raison pure
IV – Des Lumières au XIXe siècle
Chapitre IV – Les XIXe et XXe siècles
I – Vers la naissance d’une « psychologie officielle »
II – Les premiers laboratoires de psychologie et les pères fondateurs du XXe siècle