La mesure des temps de réaction

x2Dans le dernier numéro d’History of Psychology, Serge Nicolas publie avec Peter Thompson un article sur les instruments de mesure des temps de réaction et leur rôle dans la distinction des psychologies françaises et allemandes.

 

The Hipp chronoscope versus the d’Arsonval chronometer: Laboratory instruments measuring reaction times that distinguish German and French orientations of psychology.

Chronoscopes and chronographs were commonly used instruments that measured reaction times (RTs) in the first psychology laboratories. The Hipp chronoscope is commonly associated with the emergence of psychological laboratories in the late 19th century. This instrument is considered the key apparatus for the study of scientific psychology. Although German and American psychologists preferred the Hipp chronoscope, French psychologists of late 19th century favored another chronometer built by Jacques Arsène d’Arsonval (1851–1940). Unlike German and American psychologists, French psychologists demanded less precision in most experimental situations because they claimed that individual differences are very pronounced in a variety of situations. The advantage of the d’Arsonval chronometer was its portability and its simplicity. This article presents this chronometer and its advantages and drawbacks. The Hipp chronoscope and the d’Arsonval chronometer were the most commonly used apparatuses in Europe for the measurement of RTs until World War II, as is demonstrated by the catalogues of the time (Zimmermann and Boulitte).

Au-delà de l’échelle métrique de l’intelligence

Klein 8x11-page-001Dans le cadre de la Hannah History of Medicine Speaker Series, Alexandre Klein donnera le 28 octobre prochain à l’Université McMaster (Hamilton, Ontario) au Canada une conférence sur le rôle d’Alfred Binet dans la formation de la psychologie scientifique en France et en Europe. Intitulée Beyond the Metric Scale of Intelligence. Alfred Binet, Founder of French Scientific Psychology, cette conférence présentera la vie et l’œuvre de Binet, en insistant sur ses apports dans l’émergence de la psychologie expérimentale et dans la définition épistémologique de son champ d’exercice.

 

Beyond the Metric Scale of Intelligence. Alfred Binet, Founder of French Scientific Psychology

The French psychologist Alfred Binet (1857-1911) is the well-known inventor of the first metric scale of intelligence (which had led to the creation of the IQ test). Beyond this fact mentioned in all books pertaining to the history of psychology, Binet was also a multifaceted scientist and most importantly one of the main founders of scientific psychology in France. After his training at La Salpêtrière with Jean Martin Charcot (1825-1893), Binet developed, in the laboratory that Henry Beaunis (1830-1921) had created at La Sorbonne, an individual psychology based on the experimental method. Thanks to l’Année psychologique (the first journal specifically dedicated to psychology in France) that he created in 1894, he established himself as a major figure of Francophone psychology. Defending psychology as an autonomous scientific discipline, distinct from medicine as well as philosophy, he shaped it as the specific human science we now know it as. This new and more complete portrait of Alfred Binet as the nexus of the emergence of scientific psychology in France, which was drawn in the 2014 webdocumentary entitled Alfred Binet. Naissance de la psychologie scientifique (www.alfredbinet-univ.lorraine.fr), will be the object of our presentation.

Binet et la maison d’édition Schleicher

Binet_-_Henri_-_La_fatigue_intellectuelle.djvuSerge Nicolas publie dans le dernier numéro du Journal of the History of the Behavioral Sciences un article très original sur les relations d‘Alfred Binet avec la maison d’édition Schleicher où Binet avait créé en 1897 une collection intitulée « Bibliothèque de pédagogie et de psychologie ».

Nicolas, S. (2015). Psychology in French academic publishing in the late 19th century: Alfred Binet, editorial director at the Schleicher publishing houseJournal of the History of the Behavioral Sciences, 51(3), 285-307.

To date, historians of psychology have largely ignored the role of academic publishing and the editorial policies of the late nineteenth century. This paper analyzes the role played by academic publishing in the history of psychology in the specific case of France, a country that provides a very interesting and unique model. Up until the middle of the 1890s, there was no collection specifically dedicated to psychology. Alfred Binet was the first to found, in 1897, a collection of works specifically dedicated to scientific psychology. He chose to work with Reinwald-Schleicher. However, Binet was soon confronted with (1) competition from other French publishing houses, and (2) Schleicher’s management and editorial problems that were to sound the death knell for Binet’s emerging editorial ambitions. The intention of this paper is to encourage the efforts of the pioneers of modern psychology to have their work published and disseminated.

Charcot et Inaudi

EYHP leaflet 2015-page-001Dans le premier numéro de la nouvelle revue européenne d’histoire de la psychologie European Yearbook of the History of Psychology, Serge Nicolas publie, en collaboration avec Alessandro Guida, un article à propos des recherches de Jean-Martin Charcot sur le calculateur prodige Inaudi (que Binet poursuivra et approfondira). l’article est est accompagné d’un texte inédit de Charcot de 1892 intitulé « Procédés psychiques de fixation et de réviviscence des chiffres chez le calculateur Jacques Inaudi ».

Charcot and the Mental Calculator Jacques Inaudi
Serge Nicolas (Paris Descartes University) & Alessandro Guida (University of Haute Bretagne,
France)

Les filiales Binet de Lyon et de l’Ain

LSDLE_482_L204Dans le dernier numéro de la revue Les sciences de l’éducation – pour l’ère nouvelle, consacré à l’observation et l’orientation de l’enfant et dirigé par Laurent Gutierrez, Frédéric MOLE et Jean-Yves SEGUY présentent un article intitulé « Une psychologie scientifique pour les instituteurs ? L’exemple des filiales Binet de Lyon et de l’Ain (1910 – 1928) » dont voici le résumé :

Cet article montre comment, au sein des filiales de Lyon et de l’Ain de la Société Binet, s’est posée la question du rôle de la psychologie dans l’exercice du métier d’instituteur. Les instituteurs n’ont pas vocation à devenir des psychologues, mais ils pourraient prendre en compte certains apports de la psychologie expérimentale dans l’enseignement lui‐même et dans l’identification des aptitudes des élèves. Les théoriciens lyonnais Chabot et Locard cherchent ainsi à montrer que le regard scientifique est compatible avec le regard singulier de l’enseignant. Pour les instituteurs syndicalistes – qui mettent en œuvre la filiale de l’Ain –, un enseignement fondé scientifiquement devrait susciter un nouvel essor de l’engagement syndicaliste et renforcer l’ambition démocratique de l’école.

Binet et la graphologie

APYSerge Nicolas a publié, en collaboration avec B. Andrieu, R. Bo Sanitioso, R. Vincent, D. J. Murray, un article sur Binet et la graphologie dans le dernier numéro de l’Année psychologique.

Alfred Binet and Crépieux-Jamin: Can Intelligence be measured scientifically by Graphology?

On n’a pas assez souligné qu’Alfred Binet (1857-1911), qui a été avocat au barreau de Paris entre 1878 et 1884, a toujours été très intéressé par les questions d’expertise judiciaire en général et par l’analyse graphologique de l’écriture manuelle en particulier. En France, l’intérêt du public pour la graphologie va être mis en lumière dans le domaine judiciaire lors de l’affaire Dreyfus (1894-1895). Binet, devenu un psychologue expérimentaliste de renom, va cependant considérer dans un premier temps que la graphologie n’est qu’une pseudo-science qui ne peut apporter aucun concours à la justice parce qu’elle n’a pas montré sa fiabilité au plan scientifique. Cette condamnation ne sera cependant pas définitive, car au début des années 1900 Binet va être de plus en plus attiré par les applications de la psychologie scientifique. Il décide ainsi de tester le caractère scientifique de la graphologie en s’adressant à des professionnels avec qui il va collaborer étroitement, le plus célèbre d’entre eux étant Jules Crépieux-Jamin (1859-1940). Ce changement d’opinion de Binet est dû à l’intérêt qu’il va porter à la question de la psychologie individuelle et à son implication dans la Société Libre pour l’Étude Psychologique de l’Enfant (SLEPE) qui va mettre en place une commission de graphologie. Intéressé par l’étude scientifique de l’intelligence, il va collaborer à partir de 1902 au plan expérimental avec Crépieux-Jamin dans le but d’étudier les signes extérieurs et objectifs de l’intelligence dans la graphologie. Il publia en 1906 un ouvrage intéressant à ce propos. Dans cet article nous proposons 1. une analyse contextuelle de l’intérêt de Binet pour la graphologie, 2. une revue de ses multiples travaux sur ce thème, 3. une analyse de la réception de l’ouvrage de Binet sur la graphologie. Ses travaux sur la graphologie constituent un exemple typique de l’approche scientifique que Binet défend en psychologie : étudier en détail le comportement de quelques sujets d’exception.)

Archives et article Binet dans R&E

12_r_e_image_d_accroche-small250Dans les deux derniers numéros de la revue Recherches & éducations (11 et 12)  parus récemment, Bernard Andrieu présente deux fragments d’archives extraits du fonds de la Société Binet (ici et ici). En plus d’une rapide introduction, ces documents sont retranscrits et accessibles en version numérisée.

Le numéro 11 publie également un article de Loig Le Sonn intitulé « L’aimant, le transfert et la polarisation.Les manœuvres d’hypnotisation à la Salpêtrière par Alfred Binet et Charles Féré ».

Échos d’Inaudi

2012-01-17-jacques-inaudiNotre collègue Serge Nicolas publie dans le dernier numéro d’History of Psychology un article, écrit en collaboration avec Jeremy Burman et Allessandro Guida, consacré aux recherches d’Alfred Binet sur le calculateur prodige Inaudi.

 

Hearing the inaudible experimental subject: Echoes of Inaudi, Binet’s calculating prodigy.

Historians of psychology have traditionally focused on ideas (intellectual history), the “great men” who produced them (an older style of biography sometimes called “hagiography”), or—more recently—the influence of the contexts that shaped them (social and cultural history). A still more recent approach is to bring in those invisible subjects whose experiences have previously been ignored, most often through histories focusing on the discipline’s forgotten women or minority contributors: “history from below” (subaltern history). A variation on this was popularized in the history of psychiatry (viz., “patient voices”) and has since been carried into the history of psychology (e.g., “feminist voices”). The latest innovation is to focus on what Jill Morawski has referred to as “the discipline’s experimental subjects.” (These are the collective done-to, rather than the doers, of psychological research.) This history is one of those: an attempt to look behind Alfred Binet to find an influence that shaped his work. The purpose is thus to “give voice” to this unheard-from subject—the until-now inaudible Jacques Inaudi (including excerpts from newspaper interviews and translations from his recently discovered autobiography)—and at the same time advance Morawski’s historiographical project. We then get a glimpse of what it was like to be a child prodigy in France in the 1880s, as well as what securing scientific patrons could do for one’s prospects. By focusing specifically on Binet’s unheard-from experimental subject, we are also afforded new perspectives of the history of late-19th century French psychology (reflecting another emerging interest, “international history”), and we gain new insights into the prehistory of contemporary Binet-style intelligence testing.

L’Institut de psychologie et l’héritage d’Henri Piéron

Appareil-de-mesure-de-BinetL’Institut de psychologie et l’héritage d’Henri Piéron

Colloque organisé par l’Institut de Psychologie et la Bibliothèque Henri Piéron, à l’occasion du cinquantenaire de la mort d’Henri Piéron

 

Le jeudi 11 décembre 2014
Salle des Conseils
Institut de Psychologie
71 rue Edouard Vaillant – 92100 Boulogne-Billancourt

PROGRAMME

Matin : histoire institutionnelle et patrimoine sous la présidence de Françoise PAROT (Professeur émérite, Institut de Psychologie/CERMES3)
9h30 : Ouverture du Colloque par le Président Frédéric DARDEL
9h40 : Quelques mots d’Ewa DROZDA, Directrice de l’UFR Institut de Psychologie
9h45 : L’histoire de l’Institut de Psychologie à partir des archives des psychologues, Thérèse CHARMASSON, (Conservateur aux Archives Nationales/ CRHST).
10h30 : L’héritage documentaire et bibliographique, Jean GUILLEMAIN (Conservateur de la Bibliothèque Henri Piéron)
11h15 : Pause-café
11h30 : Visite de l’exposition des instruments légués par Binet et Piéron et des documents et archives de la Bibliothèque

Après-midi : l’enseignement et la recherche sous la présidence de Jean GUILLEMAIN (Bibliothèque Henri Piéron)
14h : Que reste-t-il du projet scientifique de Piéron ? Françoise PAROT (Institut de Psychologie/CERMES3) ; 14h30 : discussion
14h45 : Un disciple d’Édouard Toulouse : Henri Piéron, Michel HUTEAU  (professeur honoraire au CNAM – Psychologie) ; 15h15 : discussion
15h30 : Pause café
15h45 : L’Année psychologique, Serge NICOLAS (Institut de Psychologie) ; 16h15 : Discussion
17h : Clôture du colloque