Les méthodes d’interrogatoire de Binet dans les asiles

Le dernier numéro de L’évolution psychiatrique accueille un article de Loig Le Sonn sur les méthodes d’interrogatoire de Binet dans les asiles. Il y étudie, dans une perspective critique,  les techniques d’investigation de Binet pour en dénoncer la violence tant physique que psychologique. Il entend ainsi démontrer que Binet s’inscrit dans une histoire de la psychiatrie, mais aussi de la psychologie sociale marquée par cette violence intrinséque et reposant sur la manipulation consciente des sujets d’expérimentation.

Le test d’intelligence Binet-Simon dans les asiles (1898–1908). L’invention d’une nouvelle pratique d’interrogatoire

Résumé

Objectifs

La présente étude explore les modes d’interrogatoire utilisés par Alfred Binet et Théodore Simon au cours d’épreuves réalisées sur des adolescents et des adultes des asiles de Vaucluse et de Sainte-Anne durant les années 1900.

Méthode

L’interaction expérimentale est ici placée au cœur de l’analyse, à travers les dialogues retranscrits par Binet avec ses sujets d’expérience. La reconstitution historique examine tous les aspects du protocole expérimental (le comportement de l’enquêteur, l’institution visitée, le protocole et la passation des épreuves, le choix des instruments et des sujets d’expérience, les stéréotypes, les hypothèses et l’interprétation des données) sans négliger la spécificité du contexte asilaire.

Résultats

Les violences physiques et les manipulations psychologiques qu’infligea Alfred Binet aux adolescents et aux adultes de l’Asile Sainte-Anne lèvent le voile sur les écarts de comportement d’un expérimentateur averti vis-à-vis d’un public affaibli captif d’une institution totale. Au-delà du dépistage des facultés des enfants, A. Binet induisait volontairement au cours de ses visites à l’asile une relation de coercition et de subordination qu’il poussa jusqu’à ses limites devant des enfants, des adolescents et des adultes sans défense. Dans cette perspective, la contribution d’A. Binet et de T. Simon à la pédopsychiatrie est à chercher du côté de la psychologie sociale des personnalités et non seulement du seul point de vue de la psychométrie de l’intelligence.

Discussion

La description dense des modes d’interrogatoire permet d’interroger les fonctions sociales de la relation expérimentale, un dispositif d’acquisition de savoir fondé sur l’assujettissement des patients internés.

Conclusion

Rupture de réciprocité, réification d’autrui et abus d’autorité sont les principales manifestations de la relation d’expérimentation conduite par Alfred Binet à l’asile.

Jacques Inaudi (1867-1950)

Serge Nicolas vient de faire paraître chez L’Harmattan un ouvrage bilingue sur Jacques Inaudi (1867-1950). Il y expose, notamment, les travaux de Binet sur ce le calculateur  prodige.

 

JACQUES INAUDI (1867-1950). Un jeune calculateur prodige – Étudié par Broca, Charcot & Binet (A young calculator prodigy – Studied by Broca, Charcot & Binet)

Serge Nicolas

L’Harmattan
Collection « Histoire de la psychologie – History of Psychology »
Langue : Français
juillet 2017 • 278 pages
ISBN : 978-2-343-12330-1
Jacques Inaudi (1867-1950) est considéré comme l’un des plus prodigieux calculateurs mentaux de tous les temps. Il pouvait résoudre de tête très rapidement, et très précisément, des calculs arithmétiques complexes. Il fut étudié par Broca en 1880, puis par Charcot et Binet en 1892. Si le cas Inaudi a inauguré l’étude scientifique de la mémoire experte, il a orienté la psychologie française vers l’étude clinique des sujets singuliers ou extraordinaires (édition bilingue français – anglais).

Colloque Binet 2017

Alfred Binet, expérimentateur. Entre archives de la psychologie et éducation physique

jeudi 12 octobre 

BnF | François-Mitterrand | Salle 70 | Quai François Mauriac, Paris 13e | 9h – 17h30 

9h30 Mot d’accueil de la BnF : Laurence Le Bras

Ouverture des présidents de la Société Binet-Simon : Bernard Andrieu, Serge Nicolas, Jacqueline Descarpentries et Guy Avanzini

Les archives Alfred Binet et l’influence familiale et sur les familles 

Modérateurs : Alexandre Klein (Université de Laval, Québec) et Alix Garnier (Université de Lille 3, Profeor-Cirel)

9h50 Les archives Binet et la photographie familiale. Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC) et Séverine Parayre (ISP-Faculté d’éducation, TEC)

10h15 Educability, Disability and the Making of Family: the case of American Adoption (conférence en anglais). Sandy Sufian (University of Illinois-Chicago, États-Unis)

10h40 Echanges avec la salle

11h Pause-café 

Archives et instruments d’Alfred Binet 

Modérateurs : Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC) et Guy Avanzini (Société Binet-Simon)

11h15 Les instruments d’Alfred Binet. Serge Nicolas (Université de Paris Descartes)

11h40 « Trouver la vraie formule de l’expérience », Comment les archives d’Alfred Binet nous éclairent sur la nature de son expérimentalisme. Alexandre Klein (Université de Laval, Québec)

12h05 Echanges avec la salle

12h30-14h Déjeuner 

L’expérimentalisme : psychologie et pédagogie 

Modérateurs : Xavier Riondet (Université de Lorraine, LISEC) et Séverine Parayre (ISP-Faculté d’éducation, TEC)

14h « L’étude de l’intelligence des écoliers » : l’influence d’Alfred Binet sur la psychologie scolaire de Marcel Foucault. Sylvain Wagnon (Université de Montpellier, LIRDEF)

14h20 La réception espagnole de la mesure de l’intelligence chez Binet. Diego Delgado Pastor (Université de Cádiz, Espagne)

14h40 Echanges avec la salle

15h10-15h30 pause-café 

Instruments et normes chez Alfred Binet 

Modérateurs : Henri-Louis Go (Université de Lorraine, LISEC) et Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE)

15h30 La psychologie de la prestidigitation : approche pionnière de Binet fondée sur l’utilisation de la chronophotographie et de l’observation. Cyril Thomas et André Didierjean (Université de Franche-Comté)

15h50 Entre mesure et dramaturgie. L’usage du dynamomètre chez Alfred Binet. Loig Le Sonn (Université de Paris Descartes, TEC)

16h10 Norme, normalité et anormalité au XXIe siècle ? Christelle Potier (ISP-Faculté d’éducation, ICP-Paris)

16h30 Echanges avec la salle

17h-17h15 Pause-café 

17h15-17h30 Synthèse par Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE) et Prix de thèse 

20h AG dînatoire de la Société Binet-Simon et de la revue Recherches & Éducations 

 

Vendredi 13 octobre 

Université Paris-Descartes | 1 rue Lacretelle, Paris 15e | 9h – 16h30 

9h Accueil 

Education physique et débilités corporelles 

Modérateurs : Olivier Vors (Université d’Aix-Marseille) et Isabelle Joing (Université de Lille 2)

9h30 Education physique et débilités corporelles. Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC)

10h Tests, mesures céphalométriques et éducation corporelle des jeunes sourds-muets. Martial Meziani (INS HEA) et Didier Séguillon (INS HEA)

10h20 L’échelle métrique d’Alfred Binet (1857-1911) comme outil de diagnostic de la débilité mentale : contexte historique, médical, politique et social (1878-1911). Isabelle Cavé (Docteure EHESS)

10h40 Echanges avec la salle

11h-11h20 Pause-café 

Fatigue physique et fatigue intellectuelle 

Modérateurs : Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE) et Stéphane Zygart (Université de Lille 3, STL)

11h20 Fatigue physique et fatigue intellectuelle dans le burnout. Pascal Perault (psychiatre)

11h40 L’éducation physique et/ou psychomotrice à l’école maternelle. Fabrice Delsahut (ESPE Paris)

12h Echanges avec la salle

12h30-14h Pause déjeuner 

Enfance, anormalités et débilités corporelles 

Modérateurs : Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC) et Loig Le Sonn (Université de Paris Descartes, TEC)

14h Débilités corporelles infantiles et redressement physique (XVIIIe-XIXe siècles). Séverine Parayre (ISP-Faculté d’éducation, TEC)

14h20 Les enfants poliomyélitiques et l’élaboration des normes de rééducation dans la première moitié du XXe siècle. Stéphane Zygart (Université de Lille 3, STL)

14h40 La normativité dans la fabrique de l’enfant symptôme. Maxime Dauphin (Université de Paris 8, EXPERICE)

15h La norme des enfants anormaux. Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE)

15h20 Echanges avec la salle

15h50-16h15 Pause-café 

16h15 Synthèse par Alix Garnier (Université de Lille3, Proféor-Cirel)

16h30 Clôture par les présidents de la Société Binet-Simon Bernard Andrieu et Jacqueline Descarpentries

Mise en ligne R&E

La Société Binet-Simon a le plaisir d’annoncer la publication récente en ligne et en intégralité des quatre derniers numéros de sa revue Recherches & Éducations :  http://rechercheseducations.revues.org/index.html

Vous retrouverez le numéro 15 sur l’écologie de la classe (direction Olivier Vors et David Kirk)
les numéros 16 tome 1 et tome 2 sur l’émancipation et la formation de soi (direction Didier Moreau et Martine Morisse)

et le numéro HS sur le corps capacitaire (direction Jacqueline Descarpentries et Bernard Andrieu)

Nous remercions chaleureusement Marina Sollogoub, étudiante en psychologie à l’école Psycho-Prat de Paris, qui pendant tout le mois de juin a travaillé assidûment, sérieusement et avec beaucoup de motivation pour que tout cela soit possible.

Retour sur un manuscrit inédit de Binet

Lors du prochain colloque annuel de la Société canadienne d’histoire et de philosophie des sciences, Alexandre Klein présentera une communication intitulée « Quelle(s) méthode(s) pour les sciences de l’esprit ? Retour sur l’expérimentalisme singulier du psychologue Alfred Binet (1857-1911) à partir d’un manuscrit inédit ». Il y présentera un manuscrit inédit du psychologue intitulé « Nouveau programme de psychologie individuelle » dans lequel Binet précise tant ses ambitions épistémologiques que ses intentions expérimentalistes.

Le résumé de cette communication est accessible ici.

 

 

Les arriérés pédagogiques

Dans le dernier numéro de la Revista Iberoamericana do Patrimônio Historico-Educativo, consacré à L’école et les maladies dans le monde (XIXe-XXe) et dirigé par Séverine Parayre, Bernard Andrieu signe un article sur les recherches de Binet sur les arriérés pédagogiques. Son article, intitulé Arrièrés Pédagogiques: naissance de l’élève capacitaire dans les dernières recherches de Binet dans les écoles parisiennes en 1908-1910, présente les travaux que Binet mène en collaboration avec Simon et Vaney dans les écoles parisiennes afin d’analyser les enjeux épistémologiques de la définition de ce que l’auteur nomme l’ « enfant capacitaire » .

Résumé L’élève capacitaire est autant celui qui pathologiquement manifesterait des carences et des déficits neurocognitifs que Binet et Simon décrivent comme un enfant anormal mais concerne aussi avec Vaney et les commissions pédagogique de la Société Binet-Simon les classes ordinaires dans lesquelles les différences de niveau d’intelligence ne sont pas réalisés. Epistémologiquement le projet de Binet avec d’une part le psychiatre Théodore Simon et d’autre part avec le directeur d’école Victor Vaney est double: – L’éducabilité peut être comprise dans une classification psychiatrique qui, depuis Belhomme jusqu’à Bourneville, propose une graduation dans les capacités d’apprentissage en délimitant les possibilités d’apprentissage, ce que nous appelons le niveau capacitaire de l’élève dès la petit école de Bourneville; – Alfred Binet travaillant avec Victor Vaney au laboratoire de l’école de la Grange aux Belles mais aussi dans les autres écoles parisiennes via les autorisations obtenues auprès de l’inspecteur Belot pour enquêter comme nous le montrons dans ces  archives auprès des arriérés pédagogiques des classes ordinaires.

 

Les tests mentaux avant Binet

Dans le dernier numéro du Journal of the History of the Behavioural Sciences, Annette Mülberger publie un article sur le testing des différences individuelles avant le test Binet-Simon. Elle remet ainsi en question la rupture historiographie qui a été instaurée entre Binet et son test psychologique et ses prédécesseurs et leur tests anthropologiques. L’article est entièrement accessible en ligne : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/jhbs.21850/full

MENTAL ASSOCIATION: TESTING INDIVIDUAL DIFFERENCES BEFORE BINET

. This paper challenges the historiographical discontinuity established between earlier “anthropometric testing” and the arrival of “psychological testing” with Binet and Simon’s intelligence test in 1905. After some conceptual clarifications, it deals with “word association”: a kind of psychological experimentation and testing which became popular over the last two decades of the 19th century. First Galton’s exploration are presented, followed by experiments performed at the Leipzig laboratory by Trautscholdt, and then Cattell and Bryant’s collective testing. Additionally, I document the use of this method for the study of mental difference through the works of Münsterberg, Bourdon, Jastrow, Nevers and Calkins. The cases I present show how the method gave rise to various measurements and classifications. I conclude that the word association technique triggered reflection on mental “uniqueness”, gender traits and the influence of education, among other topics. Moreover, it prepared the terrain and anticipated some basic attractions and problems intelligence testing would later encounter.

Le théâtre de Binet

Le dernier numéro de la revue L’esprit créateur consacré à L’esprit (dé)réglé: Literature, Science, and the Life of the Mind in France (1700–1900), accueille un article d’Alexandre Klein consacré au théâtre chez Alfred Binet. Intitulé Le théâtre comme laboratoire des sciences de l’esprit : Alfred Binet, psychologue dramatique et dramaturge amateur, cet article revient sur la collaboration de Binet avec le dramaturge André de Lorde afin d’analyser le rôle du théâtre dans l’oeuvre du psychologue et notamment dans la construction de son épistémologie.

Les archives de Binet

sans-titreDans un numéro récent de la revue Santé mentale au Québec consacré à l’archive psychiatrique, Alexandre Klein publie un article sur les différents fonds des archives d’Alfred Binet, ainsi que sur leur histoire. Son article retrace ainsi plus de soixante ans de recherche sur les traces de la vie et des travaux du psychologue, et détaille la nature des trois principaux fonds qui conservent aujourd’hui ses archives. Ce bilan du travail de trois générations de chercheurs sur les archives de Binet s’achève sur une réflexion sur le statut de ces documents et sur les projets à venir les concernant.

L’article est accessible en ligne : À la recherche de l’archive psychiatrique perdue. L’histoire des fonds d’archives d’Alfred Binet (1857-1911)

Congrès Binet 2017

binetAlfred Binet, expérimentateur. Entre archives de la psychologie et éducation physique

Appel à communications

12-13 Octobre 2017

BNF/Université Paris-Descartes-USPC

 

Colloque international organisé par la Société Binet-Simon et la revue Recherches & Éducations

Sous la présidence des Pr. Guy Avanzini et Bernard Andrieu

Avec le soutien de l’EA 3625 TEC (Techniques et Enjeux du corps) UFR STAPS Université Paris Descartes-USPC

à La Bibliothèque Nationale de France

A l’occasion du don des Archives Alfred Binet de et par la Famille Binet

12 octobre 2017: La posture de Binet : les instruments de la psychologie (Bibliothèque Nationale de France, site Tolbiac, Quai François Mauriac, 75706 Paris)

13 octobre 2017: Cancres et « débiles corporels » : quelle éducation physique ? (Université Paris Descartes, UFR STAPS, 1 Rue Lacretelle, 75015)

 

Argumentaire

 Acteur-clef dans l’émergence de la psychologie expérimentale en France, promoteur d’une œuvre au carrefour des sciences sociales et médicales qui fut un kaléidoscope des techniques d’observation et d’expérimentation de son temps, Alfred Binet fut un personnage clé de l’histoire des sciences.

Ce colloque entend mettre l’accent sur ce fil directeur de sa carrière de psychologue que fut sa posture d’expérimentateur, que ce soit dans ses recherches psychologiques ou dans ses propositions pédagogiques, notamment en éducation physique des anormaux. À partir de l’étude de ses travaux autant que de ses archives, la diversité des méthodes d’expérimentation promues par Alfred Binet sera envisagée, afin notamment de travailler la nature de sa posture épistémologique, la qualification de son expérimentalisme propre, dans une période où les psychologies anglaise, allemande et française se déploient autour de paradigmes et d’approches singulières.

Il s’agira de préciser la posture de recherche Binet à toutes les étapes du protocole expérimental depuis le choix du terrain d’enquête, en passant par le lieu de passation des épreuves, la sélection de l’échantillon, la description des sujets, le choix des accessoires et des instruments de mesure et de précision, les problématiques et les facultés psychiques étudiées, et jusqu’aux résultats et leurs interprétations.

Toutes les périodes de la carrière de Binet, qui s’étale sur trois décennies (1880-1911) seront envisagées, incluant ses travaux psychopathologiques de la Salpêtrière, ses recherches de psychologie individuelle, ses études sur l’intelligence et enfin ses travaux de psychopédagogie. Il s’agira notamment d’essayer de montrer comment les différentes approches expérimentales utilisées dans ces différentes phases de son œuvre participent toutes de la création d’un expérimentalisme original.

Au-delà les enjeux pédagogiques et pratiques de ses travaux en éducation spécialisée et en éducation physique seront abordés en montrant que l’anormalité étudiée est moins physiologique que psychosociale et neurocognitive, comme en témoigne sa psychologie des cancres. Les moyens développés par Binet pour prendre en charge ces situations seront explorés, comme sa proposition de création d’une éducation physique adaptée aux débiles corporels ou ses démarches pédagogiques et prise en charge des anormaux.

Au cours de ces deux journées, seront valorisés les archives du psychologue et les travaux sur l’éducation. La Société Binet-Simon décernera également un prix de thèse valorisant une recherche dont les travaux sont en rapport avec le psychologue Binet.

Parmi les pistes d’analyses des travaux et des archives d’Alfred Binet proposées pour ces deux journées, notons :

  • L’analyse des outils de la mesure, dont celui de l’intelligence[1], de la fatigabilité[2] ou de la suggestion des enfants[3], ainsi que leur usage historique, politique et social en France et à l’international.
    • Quels sont donc les éléments historiques, politiques et sociaux qui permettent l’objectivation scientifique de la mesure de l’homme ?
    • Quels sont aussi les éléments des processus d’intériorisation/incorporation de la mesure ?
    • La mesure de l’homme joue-t-elle une fonction de contrôle social et  individuel, y compris de sa sexualité pour faire suite au travail précurseur d’Alfred Binet sur le fétichisme dans l’amour paru en 1887 ?
  • L’étude réflexive et critique de la normalité et de l’anormalité des enfants suite à  la parution Des anormaux[4].
    • La mesure de l’homme est-elle une norme qui n’existerait qu’en relation avec une déviance, d’une manière dialogique entre des humains « normaux » et des humains « anormaux » ?
    • Comment la mesure de l’homme crée-t-elle une normativité ?
    • Quelles sont les mesures qui autorisent à dire qu’un individu ou un groupe social est  « normal » ou « anormal » ?
  • L’analyse des outils pédagogiques de Binet en regard de ses travaux sur la mesure et la norme.
    • Quels y seraient le rôle et/ou la responsabilité de l’éducation physique et morale ?
    • Quelle éducation physique pour les « cancres » et les « débiles corporels » ?
  • La mise en évidence de l’expérimentalisme binetien à partir de sa posture et de ses usages expérimentaux.
    • Quels rapports de Binet avec l’expérimentalisme allemand, la psychologie anglaise ou la psychopathologie française ?
    • Quels outils a-t-il mis en place pour soutenir l’expérimentalisme singulier qui fut le sien ?
    • Qu’est-ce que ses archives apportent à la compréhension de son modèle expérimental ?
    • Quelles sont les leçons que les sciences humaines peuvent aujourd’hui tirer des études et de l’approche de Binet ?

 Les propositions de communications de 500 mots maximum, accompagnée d’une courte biobibliographie, seront à envoyer à l’adresse suivante : colloquebinet@gmail.com avant le 31 janvier 2017

 Selon l’acceptation, l’envoi du texte définitif de la contribution est fixé au 1er juillet 2017 pour une publication dans la revue Recherches & Éducations en octobre 2017 (texte expertisé en double aveugle par le comité scientifique).

 Pour le prix de thèse, veuillez nous transmettre des thèses déjà soutenues en rapport avec les travaux de Binet.

Comité d’organisation

Bernard Andrieu (Université Paris Descartes)

Nicolas Burel (Université de Strasbourg)

Jacqueline Descarpentries (Université Paris 8)

Alix Garnier (Université Lille 3)

Isabelle Joing (Université Lille 2)

Henri-Louis Go (Université de Lorraine)

Alexandre Klein (Université Laval, Québec, Canada)

Martine Morisse (Université Paris 8)

Serge Nicolas (Université Paris Descartes)

Séverine Parayre (ICP, Institut Supérieur de Pédagogie-Faculté d’éducation)

Xavier Riondet (Université de Lorraine)

Pascal Roquet (CNAM Paris)

Loig le Sonn (Université Paris Descartes)

Emmanuel Triby (Université de Strasbourg)

Olivier Vors (Université Aix-Marseille)

Danielle Zay (professeure honoraire, Université Lille 3)

Comité d’honneur

Laurent Binet (Psychologue, Paris).

Guy Avanzini (Président d’honneur de la Société Binet Simon)

Comité Scientifique

Bernard Andrieu (Université Paris Descartes)

Guy Avanzini (Président d’honneur de la Société Binet Simon)

Denise Bernuzzi de Sant’Anna (Université Catholique de São Paulo, PUC-SP)

Nicolas Burel (Université de Strasbourg)

Christophe Chaperot (Psychiatre, Dir. Évolution psychiatrique)

Jacqueline Descarpentries (Université Paris 8)

Alix Garnier (Université Lille 3)

Henri-Louis Go (Université de Lorraine)

Isabelle Joing (Université Lille 2)

Alexandre Klein (Université Laval)

Thierry Lecerf (Université de Genève)

Olivier Martin (Paris Descartes)

Lucia Martinez Moctezuma (Université autonome de l’Etat de Morelos, Mexique)

Martine Morisse (Université Paris 8)

Augustin Mutuale (ICP, Institut Supérieur de Pédagogie-Faculté d’éducation)

Petrucia da Nóbrega (Université Fédéral de Rio Grande do Norte, Brésil)

Serge Nicolas (Université Paris Descartes)

Séverine Parayre (ICP, Institut Supérieur de Pédagogie-Faculté d’éducation)

Xavier Riondet (Université de Lorraine)

Pascal Roquet (CNAM Paris)

Martine Ruchat (Université de Genève)

Carmen Lucia Soares (Université de Campinas UNICAMP, Brésil)

Loig le Sonn (Université Paris Descartes)

Emmanuel Triby (Université de Strasbourg)

Francisco Vázquez García (Université de Cadix, Espagne)

Georges Vigarello (EHESS, Centre Edgar Morin)

Olivier Vors (Université Aix-Marseille)

Danielle Zay (professeure honoraire, Université Lille 3)

 

[1] Depuis  « L’élaboration du premier test de l’intelligence », 1904-1905.

[2] Alfred Binet et Victor Henri, La fatigue intellectuelle, Paris, 1898.

[3] Revue néo-scolastique, Année 1902 Volume 9 Numéro 36, pp. 532-533

[4] Dans L’année psychologique, Année 1911 Volume 18 Numéro, 1, pp. 503-519.