Le webdocumentaire Binet à Calgary

Webdocumentaire-Alfred-Binet-page-001Dans le cadre du congrès annuel de la Société historique du Canada qui se tiendra à Calgary en Alberta (Canada) du 30 mai au 1er juin 2016, Alexandre Klein présentera le travail qu’il a réalisé avec Philippe Thomine pour écrire et réaliser le webdocumentaire « Alfred Binet (1857-1911). Naissance de la psychologie scientifique« .

 

L’écriture de l’histoire à l’ère numérique. L’exemple du webdocumentaire « Alfred Binet (1857-1911). Naissance de la psychologie scientifique »

Les outils numériques offrent aujourd’hui aux historiens des moyens originaux de renouveler leurs approches et leurs méthodes. Le travail d’archives a ainsi été, de la recherche à la valorisation en passant par le classement et l’étude, profondément transformé au cours des dernières années grâce aux nouveaux instruments informatiques. Mais ils les conduisent également à devoir modifier leur regard et même leur écriture. Le webdocumentaire, qui s’est imposé comme un outil de choix tant pour la transmission des résultats du travail historique que pour la mise en valeur du patrimoine archivistique, en est un bon exemple. Fondamentalement interactif, ce support associant texte, images, vidéo, son et animations permet de diffuser des savoirs en ligne de manière accessible et ludique. Il offre, grâce à son architecture complexe faite de multiples niveaux de présentation et des différentes voies d’accès, une totale liberté de navigation à ses utilisateurs et s’affirme ainsi comme un support pédagogique de choix. Mais pour profiter de cette richesse, l’historien se doit de modifier ses usages, et notamment de se départir de ses modes traditionnels d’écriture pour penser à nouveaux frais les voies et les méthodes de la mise en récit historique. C’est ce que nous montrerons dans notre communication qui détaillera le travail effectué entre 2011 et 2014 avec le réalisateur Philippe Thomine pour la création du webdocumentaire « Alfred Binet. Naissance de la psychologie scientifique » (http://alfredbinet.univ-lorraine.fr). La présentation de cette œuvre multimédia inédite, qui nous plonge au cœur de la vie et de l’œuvre du fameux psychologue français de la Belle Époque, sera l’occasion d’une réflexion sur les nouvelles manières d’écrire l’histoire à l’ère numérique.

Binet et les magiciens

Sans titreDans le prochain numéro de l’American Journal of Psychology, Serge Nicolas publie en collaboration avec Cyril Thomas et André Didierjean un article sur les recherches de Binet concernant les magiciens.

Scientific Study of Magic: Binet’s Pioneering Approach Based on Observations and Chronophotography
In 1894, the French psychologist Alfred Binet (1857-1911) published an article entitled « The Psychology of Prestidigitation »that reportedthe results of a study conducted incollaboration with two of the best magicians ofthat period. By using a new method and new observation techniques, Binet was able to reveal some of the psychological mechanisms involved in magic tricks. Our article begins by presenting Binet’s method and the principal professional magicians that participated in his studies. Next, we present the main psychological « tools » of magicians described by Binet and look at some recent studies  dealing with those mechanisms. Finally, we take a look at the innovative technique used by Binet forhis study on magic: the chronophotograph.

Histoire du test de QI

binetAlfred Binet et le webdocumentaire « Alfred Binet. Naissance de la psychologie scientifique » étaient à l’honneur de l’émission Aujourd’hui l’histoire de Radio Canada, vendredi 22 avril 2016.

Alexandre Klein y présentait l’histoire des tests d’intelligence et le rôle de Binet dans l’édification de cet outil psychologique de renom.

http://ici.radio-canada.ca/emissions/aujourd_hui_l_histoire/2015-2016/chronique.asp?idChronique=404579

Le test de quotient intellectuel, un outil controversé

L’ancêtre du test de QI est inventé en 1905 par le Français Alfred Binet, un des pères de la psychométrie. Le test d’intelligence de l’époque sert à classifier les enfants qu’on considère comme « anormaux» pour savoir si l’on doit les envoyer à l’école, explique Alexandre Klein, philosophe et historien de la santé, au micro de Jacques Beauchamp. Le test a depuis été transformé maintes fois et utilisé avec des motifs parfois contestables.

Un changement dans la façon de mesurer l’esprit humain. 
Contrairement à ses confrères du 19e siècle, le chercheur ne s’intéresse pas du tout à la taille, à la forme ou au poids du crâne, mais plutôt à des caractéristiques comme la mémoire, l’imagination et le jugement. Avant la recherche scientifique, l’interprétation de l’esprit humain se faisait plutôt par la philosophie.

Les dérives du test de QI
Le neuropsychologue Dave Alenberg croit que le test a tout de même ses limites : « Ça ne nous dit pas comment on s’adapte à des situations nouvelles, ni quelle est notre capacité d’adaptation sociale », dit-il. Le philosophe et généticien Albert Jacquard abonde dans le même sens : « Ce test a fait tellement de dégâts à cause de la mauvaise compréhension des gens qu’il vaudrait mieux ne plus en parler. » Le scientifique français ajoute que certains courants idéologiques comme l’eugénisme se sont aussi basés sur des tests de QI afin de justifier la discrimination.

 

Réunion conjointe ESHHS-Cheiron

1452635502Le prochain congrès Cheiron, de l’International Society for the History of Behavioural and Social Sciences, se tiendra du 27 juin au 1er juillet à Barcelone, de manière conjointe avec la réunion annuelle de l’European Society for the History of Human Sciences.

Le programme provisoire de cette manifestation en grande partie consacrée à l’histoire de la psychologie peut être téléchargé ici.

 

Soutenance de thèse de Loig Le Sonn

Loig Le Sonn soutiendra, le 11 avril prochain, sa thèse de Doctorat en STAPS, spécialité Sciences du mouvement humain sur Alfred Binet intitulée « La femme, l’enfant et le fou. Les pratiques expérimentales d’Alfred Binet : dispositifs et sujets d’expérience ». la soutenance se déroulera le Lundi 11 Avril à 10 h 00 au laboratoire Techniques et Enjeux du Corps (Salle 2, 3ème étage -Université Paris Descartes, 1 rue Lacretelle 75015 PARIS) devant un jury composé de :

Bernard Andrieu, Professeur des Universités, Université Paris Descartes, directeur de la thèse.

Jacqueline Descarpentries, Maître de conférences HDR, Université Lille III, rattachée au laboratoire EXPERICE Paris 8 Vincennes, rapporteur.

Pascale Garnier, Professeure des Universités, Université Paris XIII, examinateur.

Serge Nicolas, Professeur des Universités, Université Paris Descartes, examinateur.

Olivier Sirost, Professeur des Universités, Université de Rouen, rapporteur.

Georges Vigarello, directeur d’études émérite à L’E.H.E.S.S, examinateur.

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes également conviés

Ci-dessous le résumé de la thèse :

Acteur-clef dans l’émergence de la psychologie universitaire en France, promoteur d’une œuvre au carrefour entre les sciences sociales et médicales, kaléidoscope des techniques d’observation et d’expérimentation de son temps, personnage au centre des controverses intellectuelles d’une époque, inventeur du test d’intelligence : l’importance décisive d’Alfred Binet dans la constitution du champ psychologique en France n’est plus à démontrer. Depuis l’ouvrage de référence de Theta Wolf publié en 1973, les études thématiques se sont multipliées sur des aspects précis de son œuvre. Des archives inédites ont été répertoriées et publiées. Une exploration d’ensemble des travaux du psychologue s’imposait à nouveau à travers un axe de recherche original, celui de la relation d’expérimentation. L’interaction expérimentale est ici placée au cœur de l’analyse, à travers les dialogues retranscrits par Binet avec ses sujets d’expérience et tous les éléments du contexte d’expérimentation : les institutions visitées, les lieux de passation des épreuves, les protocoles, les problématiques savantes et les hypothèses, le choix des instruments et des sujets d’expérience. En l’espace de trois décennies (1880-1911), il en ressort une trajectoire d’expérimentateur ponctuée par quatre paradigmes majeurs. Chaque dispositif méthodologique retenu (l’hypnose, la psychométrie, le test, l’interrogatoire psychiatrique) renvoie à des publics d’expérimentation distincts (des femmes hystériques, des sujets de laboratoire variés, des écoliers et enfin des internés) et des institutions hétérogènes (l’hôpital, le laboratoire, l’école primaire et enfin l’asile).

Le corps nerveux des spectateurs

image.phpDans son dernier ouvrage intitulé Le corps nerveux des spectateurs, l’historienne Mireille Berton aborde à plusieurs reprises les travaux d’Alfred Binet, notamment ceux relatifs à la suggestion et à la psychologie de la prestidigitation. En replaçant ces études dans le contexte des interactions théoriques, pratiques et épistémologiques entre cinéma et sciences du psychisme autour de 1900, elle offre une perspective originale sur une partie des recherches de Binet.

 

Une expérience d’esthésiométrie

imagesDans le dernier numéro du Bulletin de psychologie, Loig Le Sonn publie un article sur une étude expérimentale de la sensibilité tactile réalisée par Binet sur la domestique Marie Godard.

Le Sonn (Loïg).— Le psychologue Alfred Binet et la domestique Marie Godard. Un dispositif expérimental inédit pour mesurer la sensibilité tactile (1903), Bulletin de psychologie, Tome 69 (1), N°541, 2016, p. 47-61.
Résumé : Seconde domestique de la famille Balbiani et femme de ménage au laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne, Marie Godard accepta de jouer le rôle de sujet d’expérience contre rémunération, à la demande expresse d’Alfred Binet, au cours de séances d’esthésiométrie réalisées à l’aide du compas de Weber, d’un écran opaque et d’un bandeau. Les travaux furent publiés en 1903 dans L’année psychologique. L’interaction qui liait Alfred Binet et Marie Godard offre un cas d’étude unique pour analyser en profondeur la dynamique des interactions entre l’expérimentateur et son sujet d’expérience, à travers toutes les étapes du protocole expérimental : la préparation des séances, leur déroulement et enfin le processus d’interprétation des données recueillies.

L’entreprise intellectuelle de Théodule Ribot

Théodule_Armand_RibotL’entreprise intellectuelle de Théodule Ribot (1839-1916) et le roman des
origines de la psychologie française

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 75013 Paris (5°étage)
Vendredi 18 Mars, de 14h. à 17h. 30

Présidents et modérateurs : Yvon Brès et Dominique Merllié (directeurs de la
Revue philosophique)

14h – Wolf Feuerhahn et Thibaud Trochu : Portraits de Théodule Ribot en correspondant

14h 20 – Régine Plas : Ribot et la « demi-métaphysique » de Schopenhauer

14h 40- Vincent Guillin : L’éthologie « à la française » : Mill, Ribot et les psychologues

15h-15h 30 – Discussion

15h 30-16h – Pause

16h. – Georges Vigarello : Ribot et le sens du corps

16h 20 – Jacqueline Carroy : L’inconscient et la vie affective selon Ribot

16h 40-17h 10 – Discussion

17h 10-17h 30 – Conclusion générale

Nouvelle histoire de la psychologie

9782130633648Olivier Houdé, psychologue à la Sorbonne ( dans l’ancien laboratoire de Binet) et professeur à l’université Paris-Descartes publie un nouveau « Que-sais-je ? » sur l’histoire de la psychologie.

 

 

 

Histoire de la psychologie

Olivier Houdé

Broché: 128 pages
Editeur : Presses Universitaires de France – PUF (20 janvier 2016)
Collection : QUE SAIS-JE ?
Langue : Français
ISBN-13: 978-2130633648

D’où vient notre esprit ? Est-il divisé, mesurable, inné ou acquis ? Quels rapports entretient-il avec le cerveau ? Et avec Dieu ? Depuis deux millénaires, les penseurs se posent ces questions. C’est l’histoire de la psychologie, mêlée à celles de la philosophie et de la biologie.
De Platon, Aristote, saint Augustin et Montaigne… à Gall, Darwin, Fechner, Wundt, Ribot et James, Olivier Houdé nous raconte cette histoire, telle une petite encyclopédie de notre âme.
Table des matières
Chapitre I – L’Antiquité
I – Mythologie : Psyché, psychopompe, Œdipe
II – Platon : Idées innées et volonté de l’âme
III – Aristote : la science des syllogismes et l’empirisme
IV – Hérophile et Galien : la première localisation des fonctions supérieures du cerveau
V – Soigner les maladies de l’âme
VI – L’Antiquité non occidentale : psychologie indienne et bouddhisme
VII – De l’Antiquité au Moyen Âge : saint Augustin
Chapitre II – Le Moyen Âge
I – Vérités révélées, vérités raisonnées : foi et science dans la psychologie médiévale
II – Nominalisme, querelle des Universaux et « rasoir d’Occam »
III – Du Moyen Âge à la Renaissance
Chapitre III – De la Renaissance aux Lumières
I – La Renaissance : Montaigne, une psychologie de la tolérance contre le fanatisme religieux
II – Grand Siècle : Descartes et le cogito, Pascal et la persuasion
III – Le siècle des Lumières : empirisme, innéisme et raison pure
IV – Des Lumières au XIXe siècle
Chapitre IV – Les XIXe et XXe siècles
I – Vers la naissance d’une « psychologie officielle »
II – Les premiers laboratoires de psychologie et les pères fondateurs du XXe siècle