Enquête sur les joueurs d’échecs

Grandes-memoiresLES GRANDES MEMOIRES
résumé d’une enquête sur les joueurs d’échecs

par Alfred Binet 

suivi de La Stratégie de Marcel Duchamp par Pascal Rousseau

Illustrations de Benoît Maire

Alfred Binet (1857-1911) fut un célèbre psychologue dont les recherches eurent une portée considérable sur la psychologie de l’intelligence. En 1905, le fameux test Binet-Simon, qui proposait une échelle métrique de l’intelligence en fonction de l’âge fut à l’origine de notre actuel test du QI. Dans ce texte publié en 1893, Binet consigne ses observations de manière amusante, sur ce qui l’avait fasciné : les parties d’échecs jouées à l’aveugle menées simultanément (parfois jusqu’à seize) par un même joueur. Son regard sur les liens entre perception et connaissance a permis une relecture des systèmes de représentation des avant-gardes artistiques au début du XXè siècle en aidant à reconsidérer les mécanismes de l’invention dans le processus créatif.
Tel est l’angle d’approche que Pascal Rousseau, professeur d’histoire de l’art à Paris 1, spécialiste des avant-gardes historiques, adopte dans sa postface, s’appuyant sur le cas de Marcel Duchamp qui, à l’âge de treize ans, commence à jouer aux échecs et à peindre. Le plan de l’échiquier et celui du tableau se confondent alors.
Les illustrations de l’artiste Benoît Maire s’inspirent, ici, du jeu d’échecs pour en pervertir les lois et fait jouer ensemble la règle et sa transgression.

Pascal Rousseau est commissaire de l’exposition « Cosa Mentale », qui vient d’ouvrir au Centre Georges Pompidou-Metz.

L’exposition se tient du 28 octobre 2015 au 28 mars 2016.

Benoît Maire a eu une exposition personnelle dans le stand de la galerie Thomas Bernard / Cortex Athletico, à la Fiac 2015.
Il expose dans la même galerie à Paris du 22 octobre au 5 décembre 2015.

Benoît Maire est né en 1978 à Pessac et vit actuellement à Paris. Diplômé de la Villa Arson à Nice et de la Sorbonne, il a été résident au Pavillon au Palais de Tokyo. De nombreuses expositions lui ont été consacrées ces dernières années notamment au Frac Aquitaine, à la Kunsthalle de Mulhouse, à la Halle für Kunst de Luneburg, au Western Front de Vancouver, à la Fondation David Roberts à Londres ainsi qu’à la Fondation Giuliani à Rome. Ses films ont par ailleurs été projetés à la Tate Modern (Londres), au Centre Georges Pompidou (Paris) et à la cinémathèque de Vancouver. Depuis 2008, Benoît Maire a entamé l’écriture d’un manuel d’esthétique contemporaine centré sur la question du différend entre le dire et le voir. Son écriture entrelace le régime des images visuelles avec celui des figures conceptuelles dans un dispositif où la philosophie et l’art s’incarne mutuellement l’un dans l’autre. Certains aspects du jeu d’échecs, son damier, ses figures et ses lois sont souvent convoqués dans ses œuvres, car ce jeu est une forme dont la complexité permet à la pensée plastique de trouver ses prises. Benoît Maire est représenté par la Galerie Thomas Bernard — Cortex Athletico à Paris et Croy Nielsen à Berlin. Récentes publications par Nero, Archives Books, Roma Publication et Mousse Publishing.
Galerie Thomas Bernard/ Cortex Athletico, 13 rue des Arquebusiers, 75003 Paris www.galeriethomasbernard.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *