Soutenance de thèse de Loig Le Sonn

Loig Le Sonn soutiendra, le 11 avril prochain, sa thèse de Doctorat en STAPS, spécialité Sciences du mouvement humain sur Alfred Binet intitulée « La femme, l’enfant et le fou. Les pratiques expérimentales d’Alfred Binet : dispositifs et sujets d’expérience ». la soutenance se déroulera le Lundi 11 Avril à 10 h 00 au laboratoire Techniques et Enjeux du Corps (Salle 2, 3ème étage -Université Paris Descartes, 1 rue Lacretelle 75015 PARIS) devant un jury composé de :

Bernard Andrieu, Professeur des Universités, Université Paris Descartes, directeur de la thèse.

Jacqueline Descarpentries, Maître de conférences HDR, Université Lille III, rattachée au laboratoire EXPERICE Paris 8 Vincennes, rapporteur.

Pascale Garnier, Professeure des Universités, Université Paris XIII, examinateur.

Serge Nicolas, Professeur des Universités, Université Paris Descartes, examinateur.

Olivier Sirost, Professeur des Universités, Université de Rouen, rapporteur.

Georges Vigarello, directeur d’études émérite à L’E.H.E.S.S, examinateur.

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes également conviés

Ci-dessous le résumé de la thèse :

Acteur-clef dans l’émergence de la psychologie universitaire en France, promoteur d’une œuvre au carrefour entre les sciences sociales et médicales, kaléidoscope des techniques d’observation et d’expérimentation de son temps, personnage au centre des controverses intellectuelles d’une époque, inventeur du test d’intelligence : l’importance décisive d’Alfred Binet dans la constitution du champ psychologique en France n’est plus à démontrer. Depuis l’ouvrage de référence de Theta Wolf publié en 1973, les études thématiques se sont multipliées sur des aspects précis de son œuvre. Des archives inédites ont été répertoriées et publiées. Une exploration d’ensemble des travaux du psychologue s’imposait à nouveau à travers un axe de recherche original, celui de la relation d’expérimentation. L’interaction expérimentale est ici placée au cœur de l’analyse, à travers les dialogues retranscrits par Binet avec ses sujets d’expérience et tous les éléments du contexte d’expérimentation : les institutions visitées, les lieux de passation des épreuves, les protocoles, les problématiques savantes et les hypothèses, le choix des instruments et des sujets d’expérience. En l’espace de trois décennies (1880-1911), il en ressort une trajectoire d’expérimentateur ponctuée par quatre paradigmes majeurs. Chaque dispositif méthodologique retenu (l’hypnose, la psychométrie, le test, l’interrogatoire psychiatrique) renvoie à des publics d’expérimentation distincts (des femmes hystériques, des sujets de laboratoire variés, des écoliers et enfin des internés) et des institutions hétérogènes (l’hôpital, le laboratoire, l’école primaire et enfin l’asile).

Le corps nerveux des spectateurs

image.phpDans son dernier ouvrage intitulé Le corps nerveux des spectateurs, l’historienne Mireille Berton aborde à plusieurs reprises les travaux d’Alfred Binet, notamment ceux relatifs à la suggestion et à la psychologie de la prestidigitation. En replaçant ces études dans le contexte des interactions théoriques, pratiques et épistémologiques entre cinéma et sciences du psychisme autour de 1900, elle offre une perspective originale sur une partie des recherches de Binet.

 

L’entreprise intellectuelle de Théodule Ribot

Théodule_Armand_RibotL’entreprise intellectuelle de Théodule Ribot (1839-1916) et le roman des
origines de la psychologie française

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 75013 Paris (5°étage)
Vendredi 18 Mars, de 14h. à 17h. 30

Présidents et modérateurs : Yvon Brès et Dominique Merllié (directeurs de la
Revue philosophique)

14h – Wolf Feuerhahn et Thibaud Trochu : Portraits de Théodule Ribot en correspondant

14h 20 – Régine Plas : Ribot et la « demi-métaphysique » de Schopenhauer

14h 40- Vincent Guillin : L’éthologie « à la française » : Mill, Ribot et les psychologues

15h-15h 30 – Discussion

15h 30-16h – Pause

16h. – Georges Vigarello : Ribot et le sens du corps

16h 20 – Jacqueline Carroy : L’inconscient et la vie affective selon Ribot

16h 40-17h 10 – Discussion

17h 10-17h 30 – Conclusion générale

Georges Dumas (1866-1946) au Brésil

220px-Georges_DumasDans le cadre du séminaire bimensuel « Psychologie, psychiatrie et psychanalyse : Histoires croisées », Marcia Consolim de l’Universidade Federal de São Paulo au Brésil interveidnra le vendredi 22 janvier 2016 à 14h sur le psychologue Georges Dumas  et son influence au Brésil.

Georges Dumas (1866-1946), psychologue et ambassadeur intellectuel au Brésil.

Marcia CONSOLIM

22 JANVIER 2016

Lieu du séminaire : Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 75013 Paris (5° étage). Métro Tolbiac : Ligne 7 – Bus 62 ou 47.

 

 

 

James McKeen Cattell

Le programme de psychologie objective de Wundt

Nora Binder, historienne à l’université de Constance publie une étude sur le programme de psychologie objective de Wilhelm Wundt (1832-1920), fondateur du premier laboratoire de psychologie expérimentale à Leipzig.

41QlKL9FQtL._SX350_BO1,204,203,200_Subjekte Im Experiment: Zu Wilhelm Wundts Programm Einer Objektiven Psychologie

Nora Binder

Relié: 154 pages
Editeur : Peter Lang Gmbh, Internationaler Verlag Der W (18 décembre 2015)
Langue : Allemand
ISBN-10: 3631661037
ISBN-13: 978-3631661031

Dieses Buch widmet sich der Experimentalpsychologie Wilhelm Wundts. Dieser etablierte 1879 das weltweit erste experimentalpsychologische Labor und gilt als Gründervater der wissenschaftlichen Psychologie. Er entwarf ein innovatives Forschungsprogramm, welches auf die Objektivierung psychologischer Selbstbeobachtung zielte. Die Autorin fragt nach dem Status des Subjekts in Wundts Experimentalpsychologie. Sie rekonstruiert die experimentelle Praxis der Introspektion und verortet diese im Spannungsfeld zeitgenössischer epistemischer Ideale. Damit wird ein Kernproblem der akademischen Psychologie zwischen 1880 und 1920 angesprochen – die hochkomplexe Frage, ob und wie sich in der experimentellen Selbstbeobachtung objektives Wissen über die Psyche des Subjekts gewinnen lässt.

Édouard Claparède

Claparede_RuchatL’historienne Martine Ruchat, qui travaille depuis plusieurs années déjà sur le sujet, a sorti récemment sa très attendue biographie d’Edouard Claparède. la première consacrée à ce psychologue suisse qui fut le fidèle ami et collègue de Binet.

Un ouvrage d’exception qui revient dans le détail sur la vie et l’œuvre tant psychologique que pédagogique de ce fondateur de la psychologie scientifique et des sciences de l’éducation.

ghgjhhj

hag

Édouard Claparède (1873-1940). À quoi sert l’éducation?

Martine Ruchat

Éditions Antipodes

2015, 392 pages, 37 chf, 29 €,

ISBN 978-2-88901-104-9

Selon le médecin et psychologue Édouard Claparède (1873-1940), l’école n’aurait fait aucun progrès depuis Jean-Jacques Rousseau!

Rédigée en grande partie grâce à une correspondance entretenue avec nombre de ses contemporains et à une riche iconographie, cet ouvrage est la première biographie d’Édouard Claparède, l’un des fondateurs de la psychologie moderne et des sciences de l’éducation.

Ce livre veut approcher de manière sensible la personnalité complexe de Claparède et sa vie de non-conformiste. Il s’est battu contre le dogmatisme réactionnaire, la bureaucratie, l’éducation corrective et policière, ainsi que l’apprentissage par coeur. Il démontra le lien fort qu’entretient l’éducation avec la philosophie et avec la politique, visant constamment la vérité, par l’expérimentation et une connaissance pratique des choses.

À quoi ça sert? Cette question, Claparède l’a posée tout au long de sa vie. Pour lui, l’éducation est utile pour contribuer à un monde plus égalitaire, plus juste et pacifiste. Mais c’est aussi à la réalisation d’une idée qu’il travaillera: « L’école sur mesure », tenant compte des besoins individuels des enfants « anormaux » jusqu’à ceux des enfants « surdoués ». Il supprime ainsi ce « monstre » qu’est l’élève moyen. Avec cette question: « À quoi sert l’éducation? », c’est à un « art de bien penser » que Claparède nous invite, mêlant science, morale et politique.

Enquête sur les joueurs d’échecs

Grandes-memoiresLES GRANDES MEMOIRES
résumé d’une enquête sur les joueurs d’échecs

par Alfred Binet 

suivi de La Stratégie de Marcel Duchamp par Pascal Rousseau

Illustrations de Benoît Maire

Alfred Binet (1857-1911) fut un célèbre psychologue dont les recherches eurent une portée considérable sur la psychologie de l’intelligence. En 1905, le fameux test Binet-Simon, qui proposait une échelle métrique de l’intelligence en fonction de l’âge fut à l’origine de notre actuel test du QI. Dans ce texte publié en 1893, Binet consigne ses observations de manière amusante, sur ce qui l’avait fasciné : les parties d’échecs jouées à l’aveugle menées simultanément (parfois jusqu’à seize) par un même joueur. Son regard sur les liens entre perception et connaissance a permis une relecture des systèmes de représentation des avant-gardes artistiques au début du XXè siècle en aidant à reconsidérer les mécanismes de l’invention dans le processus créatif.
Tel est l’angle d’approche que Pascal Rousseau, professeur d’histoire de l’art à Paris 1, spécialiste des avant-gardes historiques, adopte dans sa postface, s’appuyant sur le cas de Marcel Duchamp qui, à l’âge de treize ans, commence à jouer aux échecs et à peindre. Le plan de l’échiquier et celui du tableau se confondent alors.
Les illustrations de l’artiste Benoît Maire s’inspirent, ici, du jeu d’échecs pour en pervertir les lois et fait jouer ensemble la règle et sa transgression.

Pascal Rousseau est commissaire de l’exposition « Cosa Mentale », qui vient d’ouvrir au Centre Georges Pompidou-Metz.

L’exposition se tient du 28 octobre 2015 au 28 mars 2016.

Benoît Maire a eu une exposition personnelle dans le stand de la galerie Thomas Bernard / Cortex Athletico, à la Fiac 2015.
Il expose dans la même galerie à Paris du 22 octobre au 5 décembre 2015.

Benoît Maire est né en 1978 à Pessac et vit actuellement à Paris. Diplômé de la Villa Arson à Nice et de la Sorbonne, il a été résident au Pavillon au Palais de Tokyo. De nombreuses expositions lui ont été consacrées ces dernières années notamment au Frac Aquitaine, à la Kunsthalle de Mulhouse, à la Halle für Kunst de Luneburg, au Western Front de Vancouver, à la Fondation David Roberts à Londres ainsi qu’à la Fondation Giuliani à Rome. Ses films ont par ailleurs été projetés à la Tate Modern (Londres), au Centre Georges Pompidou (Paris) et à la cinémathèque de Vancouver. Depuis 2008, Benoît Maire a entamé l’écriture d’un manuel d’esthétique contemporaine centré sur la question du différend entre le dire et le voir. Son écriture entrelace le régime des images visuelles avec celui des figures conceptuelles dans un dispositif où la philosophie et l’art s’incarne mutuellement l’un dans l’autre. Certains aspects du jeu d’échecs, son damier, ses figures et ses lois sont souvent convoqués dans ses œuvres, car ce jeu est une forme dont la complexité permet à la pensée plastique de trouver ses prises. Benoît Maire est représenté par la Galerie Thomas Bernard — Cortex Athletico à Paris et Croy Nielsen à Berlin. Récentes publications par Nero, Archives Books, Roma Publication et Mousse Publishing.
Galerie Thomas Bernard/ Cortex Athletico, 13 rue des Arquebusiers, 75003 Paris www.galeriethomasbernard.com

La mesure des temps de réaction

x2Dans le dernier numéro d’History of Psychology, Serge Nicolas publie avec Peter Thompson un article sur les instruments de mesure des temps de réaction et leur rôle dans la distinction des psychologies françaises et allemandes.

 

The Hipp chronoscope versus the d’Arsonval chronometer: Laboratory instruments measuring reaction times that distinguish German and French orientations of psychology.

Chronoscopes and chronographs were commonly used instruments that measured reaction times (RTs) in the first psychology laboratories. The Hipp chronoscope is commonly associated with the emergence of psychological laboratories in the late 19th century. This instrument is considered the key apparatus for the study of scientific psychology. Although German and American psychologists preferred the Hipp chronoscope, French psychologists of late 19th century favored another chronometer built by Jacques Arsène d’Arsonval (1851–1940). Unlike German and American psychologists, French psychologists demanded less precision in most experimental situations because they claimed that individual differences are very pronounced in a variety of situations. The advantage of the d’Arsonval chronometer was its portability and its simplicity. This article presents this chronometer and its advantages and drawbacks. The Hipp chronoscope and the d’Arsonval chronometer were the most commonly used apparatuses in Europe for the measurement of RTs until World War II, as is demonstrated by the catalogues of the time (Zimmermann and Boulitte).

Au-delà de l’échelle métrique de l’intelligence

Klein 8x11-page-001Dans le cadre de la Hannah History of Medicine Speaker Series, Alexandre Klein donnera le 28 octobre prochain à l’Université McMaster (Hamilton, Ontario) au Canada une conférence sur le rôle d’Alfred Binet dans la formation de la psychologie scientifique en France et en Europe. Intitulée Beyond the Metric Scale of Intelligence. Alfred Binet, Founder of French Scientific Psychology, cette conférence présentera la vie et l’œuvre de Binet, en insistant sur ses apports dans l’émergence de la psychologie expérimentale et dans la définition épistémologique de son champ d’exercice.

 

Beyond the Metric Scale of Intelligence. Alfred Binet, Founder of French Scientific Psychology

The French psychologist Alfred Binet (1857-1911) is the well-known inventor of the first metric scale of intelligence (which had led to the creation of the IQ test). Beyond this fact mentioned in all books pertaining to the history of psychology, Binet was also a multifaceted scientist and most importantly one of the main founders of scientific psychology in France. After his training at La Salpêtrière with Jean Martin Charcot (1825-1893), Binet developed, in the laboratory that Henry Beaunis (1830-1921) had created at La Sorbonne, an individual psychology based on the experimental method. Thanks to l’Année psychologique (the first journal specifically dedicated to psychology in France) that he created in 1894, he established himself as a major figure of Francophone psychology. Defending psychology as an autonomous scientific discipline, distinct from medicine as well as philosophy, he shaped it as the specific human science we now know it as. This new and more complete portrait of Alfred Binet as the nexus of the emergence of scientific psychology in France, which was drawn in the 2014 webdocumentary entitled Alfred Binet. Naissance de la psychologie scientifique (www.alfredbinet-univ.lorraine.fr), will be the object of our presentation.