La réception et la circulation des tests d’intelligence à Belo Horizonte

Suite à une soutenance de thèse à laquelle il a assisté en 2016, Laurent Gutierrez nous a proposé un compte rendu de cette thèse sur la réception et la circulation des tes d’intelligence au Brésil. Le voici :

La réception et la circulation des tests d’intelligence à Belo Horizonte à partir de leur utilisation à l’École de Perfectionnement des enseignants (1929-1946)

Tel est le titre de la thèse de doctorat en histoire de la psychologie soutenue à l’université fédérale de Minas Gerais (Belo Horizonte, Brésil) par César Rota Jr., le 28 mars 2016. A cette occasion, le jury composé de Sergio Dias Cirino (co-dir.), Université Fédéral de Minas Gerais (UFMG), Laurent Gutierrez (co-dir.), Université de Rouen, Régina Helena de Freitas Campos (UFMG), Raquel Martins de Assis (UFMG), Rodrigo Lopes Miranda, Université catholique Dom nBosco (UCDB) et de Robson Nascimento Cruz, Universidade Estuadal de Maringa (UEM) est revenu sur une partie méconnue de l’œuvre de Théodore Simon, auteur jusqu’à ce jour délaissé par les historiens français de la psychologie et de la psychiatrie. La lecture puis la soutenance de cette thèse ont permis un débat particulièrement instructif sur l’histoire des tests au Brésil. Dans le cadre de ce compte-rendu, nous nous proposons de revenir sur quelques-uns de ces éléments à commencer par les notions de réception et de circulation des tests d’intelligence. César Rota a souhaité questionner plus spécifiquement la notion d’adaptation de ces tests en cherchant à savoir de quelle manière ils avaient été modifiés puis appliqués à des individus de cultures différentes.

Dans la première étude consacrée à « la circulation des tests d’intelligence entre la France, les Etats-Unis et le Brésil au début du XXe siècle » (p.43-66), l’auteur aborde cette « fidélité à l’authentique » en analysant le degré d’inspiration des tests brésiliens vis-à-vis des tests français. Il montre pourquoi et comment toute entreprise d’adaptation doit se positionner vis-à-vis de l’objet mais aussi de l’individu qui l’a fait naître : de quoi et de qui sommes-nous dépositaire en fin de compte ? Question que nous nous posons tous et, plus encore, lorsque l’héritage légué est important. Dès lors, il n’est pas surprenant – mais encore fallait-il le démontrer comme l’a fait l’impétrant – que l’essentiel du travail mené par Théodore Simon à Belo Horizonte consista à utiliser les tests à des fins pratiques. Si l’entreprise de réappropriation fut limitée au sens où l’étude théorique des tests n’a pas réellement été menée, elle reste perçue, encore aujourd’hui au Brésil, comme un épisode important de cette histoire de l’introduction des méthodes de mesure de l’intelligence et de classification des élèves selon leurs aptitudes. L’auteur montre aussi l’intérêt politique que représentent ces tests pour les autorités locales à commencer par le gouverneur de l’Etat de Minas Gerais qui y voit la possibilité de répondre aux attentes des familles en gérant l’hétérogénéité importante des enfants en âge d’être scolarisés. A cet effet, César Rota Jr rappelle que l’invitation faite à Simon de venir à Belo Horizonte en 1929 constitue une caution scientifique voire morale dans le cadre de l’utilisation de ces tests.

Parmi les autres aspects que l’auteur met en lumière, l’identification des quelques 25 tests (Cf. tableau n°2, p.78-81) se réclamant de près comme de loin des tests d’intelligence créés par les français au début du XXè siècle, est particulièrement instructive. Ce recueil est au cœur de sa deuxième étude consacrée aux « Caractéristiques des tests d’intelligence utilisés dans l’École de Perfectionnement des Enseignants de Belo Horizonte (1929-1946) » (p.67-88). Sans doute, aurait-il été intéressant d’en savoir plus sur certains de ces tests (une présentation synthétique sur les conditions de passage, les résultats obtenus en fonction des âges, du sexe, etc.) car si dans l’ensemble il s’agit de regrouper les élèves de même niveau dans des classes, plusieurs questions restent en suspens quant à leur utilisation : A partir de quand ces tests ont-ils été utilisés à l’Ecole de perfectionnement ? Sur quelle période ? Pour quels motifs certains tests ont été abandonnés après avoir été adaptés et utilisés ? Les réponses susceptibles d’être apportées à ces questions appellent d’autres interrogations portant sur les écarts enregistrés entre les versions originales et les versions remaniées utilisées à Belo Horizonte. Enfin, en matière de formation des maîtres, certains tests ont-ils été plus utilisés que d’autres et à certains moments, bien précis, de la formation ? Autrement dit, la maîtrise de l’utilisation de ces tests a-t-elle été pensée dans une approche didactique et pédagogique de la formation des futurs maîtres ? A-t-elle fait l’objet d’une évaluation des élèves maîtres par leurs formateurs ?

La troisième et la quatrième étude consacrées respectivement à « La mesure de ce qui est inconnu : le concept de l’intelligence dans le contexte éducatif brésilien dans les années 1920 et 1930 » (p.89-104) et à « La réception/circulation des tests d’intelligence dans l’École de Perfectionnement des Enseignants de Belo Horizonte » (p.105-127) font émerger la question de la nature et de l’utilité sociale des tests. Il s’agit là d’un débat important pour ne pas dire essentiel qui a eu lieu en France dans les années 1930, période contemporaine à celle étudiée, dans cette thèse. Certes, la pratique des tests l’a emporté sur la réflexion théorique comme le rappelle M. Rota. Mais celle-ci n’évacue pas pour autant la question pédagogique qui est centrale. Les résultats obtenus par les tests d’intelligence ont-ils eu des répercussions sur l’organisation de l’enseignement ? De la même manière, les résultats obtenus aux tests d’instruction qui servent à mesurer le résultat des apprentissages scolaires, ont-ils permis de différencier l’enseignement à partir de la mise en place de groupes de niveau  selon les disciplines ? Ont-ils servis à hiérarchiser la difficulté des exercices proposés aux élèves selon l’identification de la nature des difficultés d’apprentissage ?

Ces questions sont importantes pour au moins deux raisons. La première est liée à la mission que s’est donnée la Société Alfred Binet qui, dans les années 1920, propose des solutions pédagogiques aux maîtres et aux maitresses face aux problèmes rencontrés par leurs élèves dans l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul. La Société publie alors dans son bulletin  les résultats issus de nombreuses expériences menées dans les classes. Pour rappel, c’est à la suite de ces travaux que Théodore Simon militera pour que soit abandonné l’enseignement de la grammaire avant 11 ans[1]. La seconde raison est relative aux enseignements consacrés à l’étude et à l’utilisation des tests psychologiques qu’assure, à cette époque, Théodore Simon dans les Ecoles normales d’institutrices et d’instituteurs de la Seine. Selon Théodore Simon et sa collaboratrice Madeleine Rémy, « les tests d’instruction visent à mesurer le savoir des enfants, et, par là aussi, leurs progrès. A mesurer, c’est-à-dire à chiffrer avec exactitude au lieu d’apprécier ou jugé ».

Enfin, il convient de rappeler comme le fait ici César Rota Jr. la position de principe qui fut celle de Th. Simon vis-à-vis des résultats obtenus aux tests par les élèves. Dans le cadre des apprentissages scolaires qui est soumis aux variations dues au développement psychiques et physiologiques de l’enfant, le docteur Simon insiste pour que les enfants qui obtiennent de mauvais résultats aux tests d’instruction ne fassent pas l’objet d’un classement définitif. Avant toute interprétation, il convenait de recueillir des résultats issus d’observations répétées à des moments et dans des contextes différents conformément à une démarche de psychologie expérimentale que Simon appelait de ses vœux. Il est dommage que cet aspect n’ait pas été étudié dans cette thèse. Il aurait sans doute permis de déterminer la nature d’éventuels retards dans le développement psychique de ces enfants et d’interroger à nouveaux frais les raisons de leurs échecs scolaires. Cette dernière remarque n’enlève rien à la qualité de ce travail universitaire original portant sur une partie méconnue de l’œuvre de Théodore Simon. Les résultats obtenus dans chacune des quatre études proposées par M. César Rota Jr méritent d’être portés à l’attention des membres de la communauté scientifique. Dès lors, nous ne pouvons qu’encourager une traduction et une large diffusion de ces études qui, après délibération des membres du jury, ont permis à son auteur de se voir attribuer le titre de docteur en histoire de la psychologie.

Laurent Gutierrez

Professeur en Sciences de l’éducation

Centre de recherche en éducation et en formation (CREF)

Université de Paris Nanterre

[1] De son côté, Piéron souhaitait supprimer une partie de certains enseignements disciplinaires et certains types d’exercice qui, selon lui, n’étaient d’aucune utilité dans le cadre du développement des capacités intellectuelles. Sur cet aspect, se reporter à GUTIERREZ Laurent, « Henri Piéron : un militant de la réforme de l’enseignement ? ». In GUTIERREZ Laurent, MARTIN Jérôme et OUVRIER-BONNAZ Régis (dir.), La contribution d’Henri Piéron à l’édification de la psychologie scientifique et de l’orientation professionnelle, Paris : Octares, 2016, p.161-171.

Les archives de Binet

sans-titreDans un numéro récent de la revue Santé mentale au Québec consacré à l’archive psychiatrique, Alexandre Klein publie un article sur les différents fonds des archives d’Alfred Binet, ainsi que sur leur histoire. Son article retrace ainsi plus de soixante ans de recherche sur les traces de la vie et des travaux du psychologue, et détaille la nature des trois principaux fonds qui conservent aujourd’hui ses archives. Ce bilan du travail de trois générations de chercheurs sur les archives de Binet s’achève sur une réflexion sur le statut de ces documents et sur les projets à venir les concernant.

L’article est accessible en ligne : À la recherche de l’archive psychiatrique perdue. L’histoire des fonds d’archives d’Alfred Binet (1857-1911)

Binet et les fabricants d’instruments

The importance of instrument firms in the development of psychology, and science in general, should not be underestimated since it would not have been possible for various leading psychologists at the turn of the twentieth century to conduct certain experiments without the assistance of instrument makers, as is often the case today. To illustrate the historical perspective introduced here, the example of Alfred Binet is taken, as he is an interesting case of a psychologist working in close collaboration with various French instrument designers of the time. The objective of this article is twofold: (1) to show the considerable activity carried out by early psychologists to finalize new laboratory instruments in order to develop their research projects; (2) to reassess the work of a major figure in French psychology through his activity as a designer of precision instruments. The development of these new instruments would certainly have been difficult without the presence in Paris of numerous precision instrument manufacturers such as Charles Verdin, Otto Lund, Henri Collin, and Lucien Korsten, on whom Binet successively called in order to develop his projects in the field of experimental psychology.

Les calculateurs prodiges

9782343087467rSerge Nicolas publie dans sa collection « Encyclopédie psychologique » chez L’Harmattan et en collaboration avec Valérie Gyselinck un ouvrage sur les études psychologiques portant sur les calculateurs prodiges. On y retrouve, entre autres, les recherches menés par Alfred Binet, notamment avec Charcot.

Les calculateurs prodiges. Leur histoire et leur psychologie

Serge Nicolas et Valérie Gyselinck

Les calculateurs prodiges ont toujours fasciné le public par leur facilité à réaliser mentalement et rapidement des opérations arithmétiques complexes impliquant souvent des grands nombres. Ce livre donne à lire les premiers textes sur l’histoire des calculateurs mentaux (tels que Jacques Inaudi, Périclès et Uranie Diamandi, Hugo Zaneboni et Gottfried Rückle). Certains de ces textes du tournant du XXe siècle, écrits par des psychologues de renom (Scripture, Binet, Ferrari, Müller, Lahy), sont présentés ici pour la première fois en traduction française.

Le webdocumentaire Binet à Calgary

Webdocumentaire-Alfred-Binet-page-001Dans le cadre du congrès annuel de la Société historique du Canada qui se tiendra à Calgary en Alberta (Canada) du 30 mai au 1er juin 2016, Alexandre Klein présentera le travail qu’il a réalisé avec Philippe Thomine pour écrire et réaliser le webdocumentaire « Alfred Binet (1857-1911). Naissance de la psychologie scientifique« .

 

L’écriture de l’histoire à l’ère numérique. L’exemple du webdocumentaire « Alfred Binet (1857-1911). Naissance de la psychologie scientifique »

Les outils numériques offrent aujourd’hui aux historiens des moyens originaux de renouveler leurs approches et leurs méthodes. Le travail d’archives a ainsi été, de la recherche à la valorisation en passant par le classement et l’étude, profondément transformé au cours des dernières années grâce aux nouveaux instruments informatiques. Mais ils les conduisent également à devoir modifier leur regard et même leur écriture. Le webdocumentaire, qui s’est imposé comme un outil de choix tant pour la transmission des résultats du travail historique que pour la mise en valeur du patrimoine archivistique, en est un bon exemple. Fondamentalement interactif, ce support associant texte, images, vidéo, son et animations permet de diffuser des savoirs en ligne de manière accessible et ludique. Il offre, grâce à son architecture complexe faite de multiples niveaux de présentation et des différentes voies d’accès, une totale liberté de navigation à ses utilisateurs et s’affirme ainsi comme un support pédagogique de choix. Mais pour profiter de cette richesse, l’historien se doit de modifier ses usages, et notamment de se départir de ses modes traditionnels d’écriture pour penser à nouveaux frais les voies et les méthodes de la mise en récit historique. C’est ce que nous montrerons dans notre communication qui détaillera le travail effectué entre 2011 et 2014 avec le réalisateur Philippe Thomine pour la création du webdocumentaire « Alfred Binet. Naissance de la psychologie scientifique » (http://alfredbinet.univ-lorraine.fr). La présentation de cette œuvre multimédia inédite, qui nous plonge au cœur de la vie et de l’œuvre du fameux psychologue français de la Belle Époque, sera l’occasion d’une réflexion sur les nouvelles manières d’écrire l’histoire à l’ère numérique.

Binet et les magiciens

Sans titreDans le prochain numéro de l’American Journal of Psychology, Serge Nicolas publie en collaboration avec Cyril Thomas et André Didierjean un article sur les recherches de Binet concernant les magiciens.

Scientific Study of Magic: Binet’s Pioneering Approach Based on Observations and Chronophotography
In 1894, the French psychologist Alfred Binet (1857-1911) published an article entitled « The Psychology of Prestidigitation »that reportedthe results of a study conducted incollaboration with two of the best magicians ofthat period. By using a new method and new observation techniques, Binet was able to reveal some of the psychological mechanisms involved in magic tricks. Our article begins by presenting Binet’s method and the principal professional magicians that participated in his studies. Next, we present the main psychological « tools » of magicians described by Binet and look at some recent studies  dealing with those mechanisms. Finally, we take a look at the innovative technique used by Binet forhis study on magic: the chronophotograph.

Histoire du test de QI

binetAlfred Binet et le webdocumentaire « Alfred Binet. Naissance de la psychologie scientifique » étaient à l’honneur de l’émission Aujourd’hui l’histoire de Radio Canada, vendredi 22 avril 2016.

Alexandre Klein y présentait l’histoire des tests d’intelligence et le rôle de Binet dans l’édification de cet outil psychologique de renom.

http://ici.radio-canada.ca/emissions/aujourd_hui_l_histoire/2015-2016/chronique.asp?idChronique=404579

Le test de quotient intellectuel, un outil controversé

L’ancêtre du test de QI est inventé en 1905 par le Français Alfred Binet, un des pères de la psychométrie. Le test d’intelligence de l’époque sert à classifier les enfants qu’on considère comme « anormaux» pour savoir si l’on doit les envoyer à l’école, explique Alexandre Klein, philosophe et historien de la santé, au micro de Jacques Beauchamp. Le test a depuis été transformé maintes fois et utilisé avec des motifs parfois contestables.

Un changement dans la façon de mesurer l’esprit humain. 
Contrairement à ses confrères du 19e siècle, le chercheur ne s’intéresse pas du tout à la taille, à la forme ou au poids du crâne, mais plutôt à des caractéristiques comme la mémoire, l’imagination et le jugement. Avant la recherche scientifique, l’interprétation de l’esprit humain se faisait plutôt par la philosophie.

Les dérives du test de QI
Le neuropsychologue Dave Alenberg croit que le test a tout de même ses limites : « Ça ne nous dit pas comment on s’adapte à des situations nouvelles, ni quelle est notre capacité d’adaptation sociale », dit-il. Le philosophe et généticien Albert Jacquard abonde dans le même sens : « Ce test a fait tellement de dégâts à cause de la mauvaise compréhension des gens qu’il vaudrait mieux ne plus en parler. » Le scientifique français ajoute que certains courants idéologiques comme l’eugénisme se sont aussi basés sur des tests de QI afin de justifier la discrimination.

 

Soutenance de thèse de Loig Le Sonn

Loig Le Sonn soutiendra, le 11 avril prochain, sa thèse de Doctorat en STAPS, spécialité Sciences du mouvement humain sur Alfred Binet intitulée « La femme, l’enfant et le fou. Les pratiques expérimentales d’Alfred Binet : dispositifs et sujets d’expérience ». la soutenance se déroulera le Lundi 11 Avril à 10 h 00 au laboratoire Techniques et Enjeux du Corps (Salle 2, 3ème étage -Université Paris Descartes, 1 rue Lacretelle 75015 PARIS) devant un jury composé de :

Bernard Andrieu, Professeur des Universités, Université Paris Descartes, directeur de la thèse.

Jacqueline Descarpentries, Maître de conférences HDR, Université Lille III, rattachée au laboratoire EXPERICE Paris 8 Vincennes, rapporteur.

Pascale Garnier, Professeure des Universités, Université Paris XIII, examinateur.

Serge Nicolas, Professeur des Universités, Université Paris Descartes, examinateur.

Olivier Sirost, Professeur des Universités, Université de Rouen, rapporteur.

Georges Vigarello, directeur d’études émérite à L’E.H.E.S.S, examinateur.

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes également conviés

Ci-dessous le résumé de la thèse :

Acteur-clef dans l’émergence de la psychologie universitaire en France, promoteur d’une œuvre au carrefour entre les sciences sociales et médicales, kaléidoscope des techniques d’observation et d’expérimentation de son temps, personnage au centre des controverses intellectuelles d’une époque, inventeur du test d’intelligence : l’importance décisive d’Alfred Binet dans la constitution du champ psychologique en France n’est plus à démontrer. Depuis l’ouvrage de référence de Theta Wolf publié en 1973, les études thématiques se sont multipliées sur des aspects précis de son œuvre. Des archives inédites ont été répertoriées et publiées. Une exploration d’ensemble des travaux du psychologue s’imposait à nouveau à travers un axe de recherche original, celui de la relation d’expérimentation. L’interaction expérimentale est ici placée au cœur de l’analyse, à travers les dialogues retranscrits par Binet avec ses sujets d’expérience et tous les éléments du contexte d’expérimentation : les institutions visitées, les lieux de passation des épreuves, les protocoles, les problématiques savantes et les hypothèses, le choix des instruments et des sujets d’expérience. En l’espace de trois décennies (1880-1911), il en ressort une trajectoire d’expérimentateur ponctuée par quatre paradigmes majeurs. Chaque dispositif méthodologique retenu (l’hypnose, la psychométrie, le test, l’interrogatoire psychiatrique) renvoie à des publics d’expérimentation distincts (des femmes hystériques, des sujets de laboratoire variés, des écoliers et enfin des internés) et des institutions hétérogènes (l’hôpital, le laboratoire, l’école primaire et enfin l’asile).

La mesure des temps de réaction

x2Dans le dernier numéro d’History of Psychology, Serge Nicolas publie avec Peter Thompson un article sur les instruments de mesure des temps de réaction et leur rôle dans la distinction des psychologies françaises et allemandes.

 

The Hipp chronoscope versus the d’Arsonval chronometer: Laboratory instruments measuring reaction times that distinguish German and French orientations of psychology.

Chronoscopes and chronographs were commonly used instruments that measured reaction times (RTs) in the first psychology laboratories. The Hipp chronoscope is commonly associated with the emergence of psychological laboratories in the late 19th century. This instrument is considered the key apparatus for the study of scientific psychology. Although German and American psychologists preferred the Hipp chronoscope, French psychologists of late 19th century favored another chronometer built by Jacques Arsène d’Arsonval (1851–1940). Unlike German and American psychologists, French psychologists demanded less precision in most experimental situations because they claimed that individual differences are very pronounced in a variety of situations. The advantage of the d’Arsonval chronometer was its portability and its simplicity. This article presents this chronometer and its advantages and drawbacks. The Hipp chronoscope and the d’Arsonval chronometer were the most commonly used apparatuses in Europe for the measurement of RTs until World War II, as is demonstrated by the catalogues of the time (Zimmermann and Boulitte).

Au-delà de l’échelle métrique de l’intelligence

Klein 8x11-page-001Dans le cadre de la Hannah History of Medicine Speaker Series, Alexandre Klein donnera le 28 octobre prochain à l’Université McMaster (Hamilton, Ontario) au Canada une conférence sur le rôle d’Alfred Binet dans la formation de la psychologie scientifique en France et en Europe. Intitulée Beyond the Metric Scale of Intelligence. Alfred Binet, Founder of French Scientific Psychology, cette conférence présentera la vie et l’œuvre de Binet, en insistant sur ses apports dans l’émergence de la psychologie expérimentale et dans la définition épistémologique de son champ d’exercice.

 

Beyond the Metric Scale of Intelligence. Alfred Binet, Founder of French Scientific Psychology

The French psychologist Alfred Binet (1857-1911) is the well-known inventor of the first metric scale of intelligence (which had led to the creation of the IQ test). Beyond this fact mentioned in all books pertaining to the history of psychology, Binet was also a multifaceted scientist and most importantly one of the main founders of scientific psychology in France. After his training at La Salpêtrière with Jean Martin Charcot (1825-1893), Binet developed, in the laboratory that Henry Beaunis (1830-1921) had created at La Sorbonne, an individual psychology based on the experimental method. Thanks to l’Année psychologique (the first journal specifically dedicated to psychology in France) that he created in 1894, he established himself as a major figure of Francophone psychology. Defending psychology as an autonomous scientific discipline, distinct from medicine as well as philosophy, he shaped it as the specific human science we now know it as. This new and more complete portrait of Alfred Binet as the nexus of the emergence of scientific psychology in France, which was drawn in the 2014 webdocumentary entitled Alfred Binet. Naissance de la psychologie scientifique (www.alfredbinet-univ.lorraine.fr), will be the object of our presentation.